La rue

Antonin Artaud

La rue sexuelle s’anime
le long de faces mal venues,
les cafés pepiant de crimes
deracinent les avenues.

Des mains de sexe brûlent les poches
et les ventres bouent par-dessous;
toutes les pensees s’entrechoquent,
et les tetes moins que les trous.

Antonin Artaud

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “La rue”

  1. Lina Maria Cristina Lombardo

    dit :

    J’ai traduit la poésie librement en italien parce que je trouve qu’elle soit très courant (Ho tradotto la poesia liberamente in italiano perché la trovo attualissima).

    La strada

    La strada sensuale si eccita
    lungo facce sgradite
    i caffè bisbigliano di crimini
    sradicano i viali.

    Mani in cerca di sesso bruciano le tasche
    e i ventri sono infuocati;
    tutti i pensieri si contraddicono,
    e le teste fanno a meno degli occhi.

  2. Rafiq Al Raspa

    dit :

    « Et les têtes moins que les trous » Ça résonne dans ma tête… Grand Monsieur va

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *