Mon jardin que j’aimais

Isabelle Callis-Sabot

Je suis partie sans peine et sans mélancolie,
J’allais vite oublier… du moins je l’espérais,
Mais le regret surgit qui déchire ma vie.
-Je pense encore à toi, mon jardin que j’aimais.

Le pré se couvre-t-il de verdure nouvelle ?
Et l’air embaume-t-il du parfum des lilas ?
L’azur se remplit-il du vol des hirondelles ?
Le matin est-il doux ? Je ne le saurai pas.

Car malgré cette envie remuant mes entrailles,
Je ne reviendrai plus. J’ai peur, tellement peur,
Au lieu des jolies fleurs, de trouver des broussailles,
Au lieu de la rosée, des larmes ou des pleurs,

Au lieu des chants d’oiseaux, un funeste silence,
Au lieu du beau printemps, une morte saison,
Au lieu de flâneries, une cruelle errance,
Au lieu de souvenirs, un rêve à l’abandon.

Isabelle Callis-Sabot

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *