Automne

Ondine Valmore

Vois ce fruit, chaque jour plus tiède et plus vermeil,
Se gonfler doucement aux regards du soleil !
Sa sève, à chaque instant plus riche et plus féconde,
L’emplit, on le dirait, de volupté profonde.

Sous les feux d’un soleil invisible et puissant,
Notre coeur est semblable à ce fruit mûrissant.
De sucs plus abondants chaque jour il enivre,
Et, maintenant mûri, il est heureux de vivre.

L’automne vient : le fruit se vide et va tomber,
Mais sa gaine est vivante et demande à germer.
L’âge arrive, le coeur se referme en silence,
Mais, pour l’été promis, il garde sa semence.

Ondine Valmore

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Automne”

  1. Tony Heller

    dit :

    Part of « Automne » was in a birthday card sent to me (the second stanza) and I thought it was beautiful as is the whole poem! Ondine’s poem reminds me of Keats who wrote his famous ode « To Autumn » but in a shorter, more intimate form. Delightful and truly touching!

  2. Daryna

    dit :

    Magnifique !

  3. Sandrine.

    dit :

    Un poème qui donne l’eau à la bouche ! Une belle symbolique entre le fruit mûr, juteux, savoureux… et l’être humain qui s’améliore tout au long de sa vie… enfin, c’est ce que j’ai compris…!

  4. Kaito

    dit :

    Très beau poème ! Bravo !

  5. Godey

    dit :

    L’auteur, on le devine, associe le fruit à la vie. La semence à l’esprit. L’automne a l âge mûr de de la vie. Que de bonheur nous transmettent ces poètes à travers les âges. Que de leur semences murissent d’aussi prodigieux talents que le leur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *