Au Nord

Emile Verhaeren

Deux vieux marins des mers du Nord
S’en revenaient, un soir d’automne,
De la Sicile et de ses îles souveraines,
Avec un peuple de Sirènes,
A bord.

Joyeux d’orgueil, ils regagnaient leur fiord,
Parmi les brumes mensongères,
Joyeux d’orgueil, ils regagnaient le Nord
Sous un vent morne et monotone,
Un soir de tristesse et d’automne.
De la rive, les gens du port
Les regardaient, sans faire un signe :
Aux cordages le long des mâts,
Les Sirènes, couvertes d’or,
Tordaient, comme des vignes,
Les lignes
Sinueuses de leurs corps.
Et les gens se taisaient, ne sachant pas
Ce qui venait de l’océan, là-bas,
A travers brumes ;
Le navire voguait comme un panier d’argent
Rempli de chair, de fruits et d’or bougeant
Qui s’avançait, porté sur des ailes d’écume.

Les Sirènes chantaient
Dans les cordages du navire,
Les bras tendus en lyres,
Les seins levés comme des feux ;
Les Sirènes chantaient
Devant le soir houleux,
Qui fauchait sur la mer les lumières diurnes ;
Les Sirènes chantaient,
Le corps serré autour des mâts,
Mais les hommes du port, frustes et taciturnes,
Ne les entendaient pas.

Ils ne reconnurent ni leurs amis
– Les deux marins – ni le navire de leur pays,
Ni les focs, ni les voiles
Dont ils avaient cousu la toile ;
Ils ne comprirent rien à ce grand songe
Qui enchantait la mer de ses voyages,
Puisqu’il n’était pas le même mensonge
Qu’on enseignait dans leur village ;
Et le navire auprès du bord
Passa, les alléchant vers sa merveille,
Sans que personne, entre les treilles,
Ne recueillît les fruits de chair et l’or.

Emile Verhaeren

Imprimer ce poème

10 commentaires sur “Au Nord”

  1. jo

    dit :

    Émile Verhaeren est à mon avis un grand poète, comme tout grand poète il à un style qui se distingue des autres, mais dans ce poème, je n’ai pas été autant touché que sur ses poèmes sur les usines. J’ai remarqué qu’il se répète souvent dans ses idées, dans certains de ses poèmes, surement à cause de son style, mais ce poème ne m’a pas beaucoup touché. Je l’ai lu 2 fois, avec tentative de comprendre le sens, mais que dale.

  2. micky mboumba

    dit :

    C’est bien rendu : la grisaille, la tristesse, et ceux qui ne comprennent rien au rêve qui passe – comme ceux qui critiquent d’ailleurs, soit dit en passant. Très beau.

  3. wylleman

    dit :

    Les sirènes chantaient,..
    les seins levés comme des feux..

    Emile Verhaeren nous embarque sur son bateau de poésie, poussé par les vents dans la grand voile, vers des horizons où le coeur et l’ame du marin se confondent dans les couleurs des jours et des nuits…

  4. Jeannine

    dit :

    j’ai relu avec beaucoup de plaisir quelques poèmes d’Emile Verhaeren.

    Nous les apprenions à l’Institut Imelda,à Bruxelles au cours de français de Mademoiselle Coléry.

    J’ai maintenant 76 ans!
    A l’approche de Pâques, je recherche chaque année :
    Pâques……..
    tout est lavé, même l’égout

    Quel bon temps !
    et l’on suspend l’oiseau en cage
    près de la porte à l’ancien clou

  5. margot kiki

    dit :

    Trop long et ennuyant à mon goût! Personnellement, je n’apprendrais jamais ce poème. Quand on écrit un poème c’est pour faire rêver les lecteurs et ce poème ne m’as vraiment pas fait rêver. Et puis il y a tellement de détails dans ce poème qu’on ne sait plus ou on en ai: c’est assez dommage pour un poète aussi célèbre! Ce n’est pas tout le temps les plus célèbres qui nous font rêver!

  6. chipie95320

    dit :

    merci pour ce poème magnifique
    Emile Verharen me rappelle bien des souvenirs d’enfance
    merci pour tous ces poèmes que l’on trouve sur ce blog
    amitié Chantal

  7. Gisou

    dit :

    Magnifique …

    Merci pour ce partage.

  8. Michel Curchod

    dit :

    Magnifique poème, terrible d’actualité (les gens qui ne voient plus …) et bravo pour le site.
    C’est mon ami Zweig qui m’a donnée envie de cliquer sur Verhaeren, et il y a fort à parier que je vais, après 54 ans d’ignorance ou presque, me mettre à la poésie …
    Merci.

  9. Annick Tirache

    dit :

    Emile Verharen c’est toute ma jeunesse
    c’est le temps des poèmes

  10. ataoconteur

    dit :

    Très beau conte humaniste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *