Le jour né

Nadia Ben Slima

Bien avant l’aube attendue,
je chuchote au jour pour que file la nuit,
perchée sur un fil tendu,
le crépuscule l’avait pourtant prédit.

Dans mon cœur, ce soleil,
tellement brûlant
au souvenir de ces instants
Bien avant,
je m’éveille

Je guette, au bord du précipice
Assoupie dans la volupté
Repue de rêves enivrés
J’attends… les ténèbres glissent

Le jour s’engouffre dans le vent,
c’est l’heure!
Emporté dans le temps,
en avant!
Soutenu par la pluie
… Et mon cœur me tient toujours compagnie

Nadia Ben Slima, 2015

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Le jour né”

  1. nadia

    dit :

    Merci Fatiha et Catherine pour vos gentils mots!

  2. FATIHA

    dit :

    Quelle richesse dans ces vers ! Ils sont dignes des plus grands auteurs. Merci pour ce voyage vers la clarté.

  3. Catherine

    dit :

    Magnifique entrée en journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *