Dépression

Sybille Rembard

Eclatement de la tête
Aujourd’hui la chaleur ne peut plus s’y engouffrer
Torpeur, turpitude, esprit engourdi
et englouti dans l’impasse de la vie.
Je me sens coincée dans le malaise du silence,
Posture suprême indigne sublime essentielle
Retour de poussière dans ce vide ensoleillé.
Les cerisiers en fleur, l’âme meurtrie
par le flétrissement prématuré
Sans espérance
ma motivation s’est évaporée avec les rêves d’une grandeur immaculée.
Toi printemps tu ne crois plus à rien
Tu navigues dans les ordures
Tu raffoles des maladies
Autodestruction à l’état pur
Puissance zéro

Sybille Rembard, 2009

Imprimer ce poème

11 commentaires sur “Dépression”

  1. Asterix

    dit :

    J’ai vécu ça, bien bas, en silence. Je viens de trouver les mots. Merci

  2. dias

    dit :

    Je ne trouve pas de quel recueil de poèmes il est issue

  3. anonyme

    dit :

    J’adore ce poème !!!!! 🙂 Rien que le titre …. Tout simplement J’ADORE !!!!!!

  4. Liloup64

    dit :

    Poème très triste, mais magnifique, un vocabulaire fort, employé avec délicatesse. Merci pour ces si beaux textes !

  5. Moi

    dit :

    Je ne comprend pas le changement de pronom personnel , pourquoi passer du « je » au « tu » ? Très beau poème .

  6. Juliette

    dit :

    C’est super bien écrit ! Ça dégage vraiment quelque chose.

  7. Hizi

    dit :

    J’aime beaucoup 🙂

  8. Leah

    dit :

    C’est très triste mais c’est très beau! 🙂 🙁

  9. Anonyme

    dit :

    C’est triste :'(

  10. Anonyme

    dit :

    🙁 :'(

  11. anonyme

    dit :

    🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *