Vaste vision sereine

Isaac Lerutan

Qu’importe si la nuit m’emportera le souffle
sur les chemins de l’âme, je rêverai, serein
Par les chants, tu seras le veilleur de mes gouffres
enjambés par l’élan du soleil enfantin
ô délicieux secrêt

Mélange insoupçonné de mes sondes idillyques
en éternels étés, je volerai austère
habité de la force et par celle des choses
que le monde hypocrite donne à ses congénères
ô tendresse ennemie…

Isaac Lerutan, 2008

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Vaste vision sereine”

  1. andriamanantsara cohen matthieu zaranada

    dit :

    Très bien le poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *