Incandescence

Winston Perez

Un jour j’ai transpercé le vent et la Nature s’est mise à pleurer
Aucun signe distinct, aucune incandescence
Aucune marche funèbre qui ne puisse brûler

Alors je suis parti, tout droit vers l’Espérance
Et revoir l’Hologramme droit devant moi briller
Et défier les Dieux de toutes les croyances
Et torturer le Soleil et l’Infinie Beauté

Le vent devenu Aigle
La terre fixant son Démon
Et ce visage de nature tièdi par l’horizon

L’épée s’est posée sur mon ventre
sans répandre le sang
Et l’Orient s’est ouvert aux 4 éléments

Nature, Ô Nature
décide du sort des hommes
Demain ou bien Jamais
Nature fixe ton sort

Winston Perez, 2002

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Incandescence”

  1. Martinache

    dit :

    Magnifique. Merci de m’avoir fait voyager en lisant ces vers tellement harmonieux. Merci pour le fabuleux rêve!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *