Le goéland assassiné

Villebramar

Je m’interroge…. ai je une âme? La vérité, la triste chose: pas plus qu’un ours qui ne sait pas qu’il meurt, pas plus qu’un ours qui attend l’hiver, un coin de montagne pour y dormir enfin du sommeil du juste sous la neige.

Je cherche…
Qui voudra m’aider à mourir ?
C’est une oeuvre de longue haleine, moi même, je n’en ai pas toujours la force. S’habituer….
Mourir à petit feu, chaque matin un peu,
Avoir…
…continûment

De la suite dans les idées.

S’inquiéter. Oui, s’inquiéter. Et compatir. S’apitoyer.
Sur mon âme. Mais ai je une âme? la question est.
Je m’interroge. Pas plus qu’un ours!
Pas plus qu’un ours qui ne sait pas qu’il meurt, pas plus qu’un goéland
Assassiné !
Cela ferait….
…..un bien beau titre de roman,
le goéland assassiné

Ne m’aidez pas, n’ayez …
…aucune compassion, la raison est : je n’ai pas d’âme ! Pas plus qu’un ours.

Pas plus qu’un ours qui ne sait pas qu’il meurt, pas plus qu’un ours qui attend l’hiver, un coin de montagne pour y dormir enfin du sommeil du juste sous la neige.

Villebramar, 1998

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *