Face-book

Eleni Cay

A celui en haut, à ceux en bas ainsi qu’à ceux sous nos pieds,
un visage tu prêtes, visage de ce que tu es.
Et puis, tu es étonné que la toile numérique
soit parsemée même de prières.
Depuis toujours, on s’émerveille devant nos propres visages.
Voilà pourquoi tu es attiré à présent par tous ces écrans.
Face-book… Ce livre des visages…
Pour nos sourires, on a inventé de nouveaux cadres photo.
Ces nouveaux visages exposés sur l’écran,
c’est de figurer dans l’album qu’ils sont reconnaissants.
Combien de fois as-tu changé ta photo de profil ?
Là, c’est moi au travail et, là, c’est moi qui cuisine…
Devant cette mode changeante, je me retrouve souriante.
J’attends que le temps habille de vert les statues sur la place,
dans les cultures et sociétés, il ne marque pas de différences.

Son oeil se pose partout, quoi que tu fasses,
impossible de t’abriter sous un mot de passe.
Alors, ne sois pas facile et dévoile-toi seulement au fur et à mesure,
surtout ne casse pas du marbre en petits cailloux tout de suite.
N’avoue pas dans un autoportrait
ce qui avait manqué à ton souvenir.

Eleni Cay, Frémissements d’un papillon en ère numérique, 2015

Titre original : Face-book
Traduit du slovaque par Anna Franova

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Face-book”

  1. Pierre

    dit :

    Je suis de l’avis de Jean Phillipe.

  2. Jean Philippe

    dit :

    Je suis de l’avis de Gauvin

  3. Gauvin

    dit :

    Je trouve que c’est vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *