Le grand destin

Jean-Charles Dorge

Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde cette mer sauvage, hardie et fière !
Regarde cette étoile filant dans le ciel :
Elles n’ont point d’attache et touchent l’infini.

Observe la montagne au sommet dans les nues,
Plonge-toi dans ce lac aux profondeurs secrètes,
Ecoute la nature en éveil dans les bois
Et dans les plaines sens les parfums de la flore.

La lumière divine est un cadeau pour toi ;
Mon ami, sache vivre en accord avec l’heure,
Lutte ! Ecarte de toi la gêne et la tristesse…
Profite sans périr des bonheurs passagers.

Ne gâche point ta vie par de fatals regrets.
Méprise le chagrin : Le véritable amour
Fait vivre et non mourir. Perds et regagne ailleurs.
Pleure et noie ton chagrin, enivre-toi du monde.

Si l’on aime, sois gai ; sinon chante en toi-même.
Si les hommes sont ternes ou méchants ou bêtes,
Reste seul si tu dois, résiste comme un roc
Et renais au printemps plus fort grâce aux hivers.

Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde ce grand chêne au milieu du bosquet,
Qui affronte les vents sans plier de la tête :
Il trempe dans le sol et nage au firmament.

Ami, pars et découvre, ici comme là-bas,
Et toi comme au dehors, partout comme au-delà,
Tout ce qui vaut de vivre et toujours fait renaître.
L’avenir t’appartient. Sache par où le prendre.

Jean-Charles Dorge, Promenade poétique

Imprimer ce poème

8 commentaires sur “Le grand destin”

  1. Asterix

    dit :

    Ça fait du bien. Merci

  2. Belier

    dit :

    Le hasard ou presque le hasard me fait rechercher un texte/poème sur le destin, et voilà que je « tombe » sur ce magnifique texte qui sait si bien retranscrire ce que je pense. Merci Mr Dorge.
    Odile

  3. mouloud hamza

    dit :

    Une vraie thérapie d’enthousiasme et d’espérance contre la tristesse et l’anxiété. Quelle clairvoyance dessinée simplement et merveilleusement par de jolies rimes joyeuses et gaies. Merci de tout mon coeur, il était anxieux, le voilà léger et heureux !

  4. Flora

    dit :

    J’aimerai savoir à quel courant littéraire appartient ce poème.

  5. Polinacci pier paolo

    dit :

    J’adore c’est vraiment super. Je l’ai dans mon cahier de poésie.

  6. Polinacci pier paolo

    dit :

    C’est super sympa

  7. DORGE

    dit :

    Réponse à la question précédente : J’ai dû écrire ce texte vers 1985 car il figure déjà dans mon recueil « Soleil 9 », publié en 1987 chez La Ronde Poétique. Merci de votre lecture. Amitié, JCD

  8. Manon

    dit :

    Bonjour, je voudrais savoir de quel siècle est ce poème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *