Sibérie

Robert Tirvaudey

La première neige accrochée à une branche
Illumine l’arbre et l’ancien gazon
Elle dit une contrée où tout se range
Selon une même ligne d’horizon
D’une Sibérie où tous les hommes sont blancs
À la lumière polaire jonglant avec d’autres couleurs
Tout se fond sur une glace en transparent
Une antique oasis aux rayons de lueur
L’homme à la peau de bêtes sauvages
Ne regrette en rien la belle cathédrale
Il ne connaît pas la rage, mais l’audace
D’exister d’une manière magistrale

Robert Tirvaudey

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *