Aux premières loges

Rhita Benjelloun

Spectatrice, j’observe la scène de la vie
Où des personnages surgissent,
Dans les moments de joie ou de dépit
Où le rêve devient illusion et meurt avec mépris
Où le mensonge devient vrai et la vérité au fond du puits
Mais qui suis-je dans ce monde plein d’acteurs ?
Où chacun monte sur l’estrade,
Joue son rôle comme ses prédécesseurs
Qui suis-je quand moi-même j’ai un rôle dans cette scène ?
J’observe, je souffre
Mais j’applaudis tous ces mensonges réels
Que serait le monde s’il n’était pas une fiction
Si ces scènes étaient bien réelles et faites avec passion
Je jure devant Dieu que j’assisterais tous les jours
Je serais l’héroïne de la gaieté
De la confiance et de l’amour
J’applaudirais jusqu’à ne plus en pouvoir
Et j’appellerais les âmes chagrinées pour venir la voir
Mais hélas la scène de la vie demeure la même
Et je demeure aux premières loges
Avec ou sans mes applaudissements le rideau s’ouvre et se ferme

Rhita Benjelloun, 2011

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Aux premières loges”

  1. Danaide

    dit :

    Très beau poème avec des mots bien choisis de lucidité… une peinture parfaite de la vie et cette touche d optimisme dans la chute finale de ce texte qui parle si judicieusement. Belle découverte de cet auteur.

  2. L

    dit :

    Très beau texte ! Ce n’est pas seulement de l’optimisme mais la réalité étouffée par nous pauvres humains endormis ! Merci Rhita.

  3. Jean Mikenson

    dit :

    Waww très beau poème !

  4. Garance.H

    dit :

    Poème très beau !

  5. eglante

    dit :

    Très beau poème.Réaliste pour certains, optimiste pour d’autres,optimiste de par ce.contraste entre les vers de Rhita Benjelloun et la prose de notre vie réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *