Vitrail

José-Maria de Heredia

Cette verrière a vu dames et hauts barons
Étincelants d’azur, d’or, de flamme et de nacre,
Incliner, sous la dextre auguste qui consacre,
L’orgueil de leurs cimiers et de leurs chaperons ;

Lorsqu’ils allaient, au bruit du cor ou des clairons,
Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le sacre,
Vers la plaine ou le bois, Byzance ou Saint-Jean d’Acre,
Partir pour la croisade ou le vol des hérons.

Aujourd’hui, les seigneurs auprès des châtelaines,
Avec le lévrier à leurs longues poulaines,
S’allongent aux carreaux de marbre blanc et noir ;

Ils gisent là sans voix, sans geste et sans ouïe,
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir
La rose du vitrail toujours épanouie.

José-Maria de Heredia, Les Trophées

Imprimer ce poème

13 commentaires sur “Vitrail”

  1. Barbier

    dit :

    Le sacre ce n’est pas le poing nu mais un rapace utilisé pour la chasse au vol (Source Littré)

  2. Proust Françoise

    dit :

    J’aime ce poème qui sonne comme une pièce de théâtre. Je l’ai appris en 5eme. De plus le nom de l’auteur est très »classe ».

  3. Raphaël

    dit :

    Ce poème est très dur à apprendre en 1h. Je trouve que c’est vraiment compliqué à comprendre aussi.

  4. Denis Brochet

    dit :

    « Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le sacre »
    Il faut comprendre :
    avoir le glaive au poing : tenir l’épée, combattre avec l’épée
    avoir le gerfaut au poing : tenir son faucon, pratiquer la fauconnerie
    avoir le sacre au poing : se battre à mains nues et sans armures

  5. Boubacar Ahidara

    dit :

    Je viens d’apprendre ce poème avec ma class de 5eme.

  6. Leclerc

    dit :

    J’ai voulu retrouver ce magnifique poème appris en primaire… Quelques mots me revenaient… Verrière, dames, haut barons étincelants… Mais, si les mots me manquaient, le rythme résonnait comme une musique envoûtante… Ensorcelante.

  7. Nanye

    dit :

    J’ai récité ce poème au certificat d’étude en 1966.

  8. Chapuis

    dit :

    J’avais souvenir des derniers vers et en le relisant je découvre et comprends mieux pourquoi il est intitulé vitrail. Première strophe qui fait référence au sacre des rois sous le vitrail, celui très probable d’une cathédrale, puis deuxième strophe qui fait référence à leur combat, croisade ou chasse et enfin dernière strophe qui les voient reposants gisants dans un tombeau dans cette même cathédrale d’où Ils regardent sans voir le vitrail en forme de rose épanouie. Vie et mort des rois sous l’or d’un vitrail en forme de rose.

  9. Jean Le Gall

    dit :

    j’aime ce poème mais je ne comprends pas le mot « sacre » au sixième vers. S’agit-il d’un oiseau ?

  10. tsot.tab

    dit :

    Je ne comprends pas tout de ce que ce poème raconte, mais je le trouve vraiment très joli. En le récitant je trouve qu’il y a tout ce dont il faut avoir dans un poème.

  11. Elina Le Cors

    dit :

    Ce poème est très beau et très relaxant.

  12. Violaine

    dit :

    L’auteur a mis dix ans pour composer chaque poème pour rechercher la perfection absolue

  13. violaine

    dit :

    J’ai découvert ce poème en classe de 1ère en 1972, je me souviens encore de certains vers ! En le relisant, j’apprécie le contraste entre les couleurs, les bruits, les mouvements des 2 premières strophes, parfaitement décrits, et le silence et l’immobilité des 2 dernières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *