" />

Archéologue

Cosme de Granville

le mythe ouvre la porte
aux levés souriants
omoplates vides
souvenirs d’architecture
une ville aux débouchés
trimballants
aux invraisemblables idées
face au solide

Là on jonche
des jambes gisantes et grises
autour d’un gout de cathédrale
on ferme les yeux
en remuant la terre

Cosme de Granville, 2001

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *