À son âme

Pierre de Ronsard

Amelette Ronsardelette,
Mignonnelette doucelette,
Treschere hostesse de mon corps,
Tu descens là bas foiblelette,
Pasle, maigrelette, seulette,
Dans le froid Royaume des mors :
Toutesfois simple, sans relors
De meurtre, poison, ou rancune,
Méprisant faveurs et tresors
Tant enviez par la commune.
Passant, j’ay dit, suy ta fortune
Ne trouble mon repos, je dors.

Pierre de Ronsard, Derniers vers

Imprimer ce poème

10 commentaires sur “À son âme”

  1. P Fabre

    dit :

    Pohéteux, atanssion à l’ortografe !

  2. Franck Vayssière

    dit :

    Très drôle, quand je reçois mes amis je leur dit du Ronsard pour lancer la soirée et ce poème fait partie du top 10

  3. Sourbier

    dit :

    C’est en troisième au Collège de Miramas que notre professeur de français nous avez fait apprendre ce poème. À l’époque on les appelait Cours Complémentaires. Après la troisième la majorité entrait en apprentissage ou dans des écoles professionnelles. L’enseignement était dispensé par des Instituteurs ayant une Propédeutique et d’excellentes notes d’Inspection. Ils m’ont appris à apprendre. Je leur ensuit infiniment reconnaissant.

  4. Coussolle

    dit :

    C’est un adorable poème, léger et guilleret, prenant la mort en dérision. Très court et percutant. Immense poète que Ronsard.

  5. sanissi

    dit :

    J’aime bien ce poème. Il me rappelle bien des choses que le vide m’a fait oublié.

  6. francois

    dit :

    Ce n’est pas mal, très intéressant !

  7. Ismael zer

    dit :

    Ce poème inspire complètement mon esprit romantique et mélancolique.

  8. Thibault Devos

    dit :

    J’adore entierement ce poeme je le lis régulierement.

  9. quentin

    dit :

    doux et attirant, les deux mots qui qualifient ce poème.

  10. Alpha diallo

    dit :

    C’est excellent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *