Mon rêve familier

Paul Verlaine

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur transparent
Pour elle seule, hélas! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l’ignore.
Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

Imprimer ce poème

56 commentaires sur “Mon rêve familier”

  1. JTS

    dit :

    En fait, l’origine ce n’est qu’un rève érotique un peu répétitif, que tous les garçons connaissent (les filles je n’en sais rien), Mais il est joliment dit et un peu auto(psych)analysé par Verlaine lui-même

  2. annaelle DELANOE

    dit :

    J’aime beaucoup lire toutes vos interprétations ! Pour ma part je suis d’accord avec le fait que Verlaine mélange le concept de la mort et de l’amour, deux choses très vastes… « Comme ceux que la vie exila » il exprime peut-être la mort de plusieurs êtres qui lui étaient chères et qu’il veut retrouver. Dans tous les cas je dois le réciter pour la semaine prochaine et vos commentaires m’ont beaucoup aidé donc merci à vous !

  3. Lola Berthomé

    dit :

    Mon poème favoris !

  4. Gerard

    dit :

    Je pense qu’il cherche à retrouver l’amour de sa mère dans une femme idéalisée.

  5. Lph

    dit :

    D’accord avec vous Catherine. Pour le poème de Victor Hugo, je ressens le désespoir du poète plutôt que l’envie de mourir…

  6. Catherine

    dit :

    C’est un magnifique poème de la tentation du suicide, comme « demain dès l’aube je partirai… » donc à ne pas mettre dans les mains d’adolescents à mon avis… poème du spleen… La mort, « seule » (martelé trois fois) qui guérit et soulage de tout, « pénétrante », comme le froid glaçant, avec le regard vide des statues (inertes et éternelles), et la voix inaudible des disparus (voix qui se sont tues… il manque l’accent)… Alors si certains y voient un poème de l’amour,… ou la mort… pourquoi pas !… Je pense que Verlaine, vu l’état dépressif où il avait l’air de se trouver, était dans la confusion-fusion de ces deux mots-maux.

  7. Garance

    dit :

    Taratata. Cher Paul ! Il a écrit aussi :

    « Bois pour oublier
    L’eau-de-vie est une
    Qui porte la lune
    Dans son tablier. »

  8. Nicole

    dit :

    Très belle et très juste évocation et même description de La Mort :

    – Je fais souvent ce rêve – on est placé dans l’espace onirique

    – une femme inconnue- la mort (n,f) notre mort nous est à chacun inconnue, pour chacun de nous elle est particulière – ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre – car c’est toujours la mort universelle.

    – Elle m’aime et me comprend – « Comprendre » c’est prendre avec soit.

    Comme fait la mort pour chaque vivant, un jour elle l’aime et le prend avec elle. La mort n’est ni blonde ni brune ni rousse elle n’a pas de visage et les a tous. Son regard est celui des statues – il est fixe, fixé comme celui qui vient de mourir, regarde tout mais ne voit personne.

    Le plus beau est pour la fin avec ce rythme du glas :

    Pour sa voix/ lointaine/ calme/ et grave/ elle a/…

    Puis un sanglot :

    L’inflexion des voix chères / qui se sont tues.

  9. gérald

    dit :

    Bon, c’est incroyable, aucun commentaire n’évoque la version magnifiquement mise en musique et chantée de ce poème par Lèo Ferré: « Ferré chante verlaine », CD à écouter ou à voler – à la FNAC de préférence – de toute urgence… Et pour celles et ceux qui aiment la poésie, il a aussi chanté Rimbaud, Baudelaire, et même ce vieux stal d’Aragon… « Ils étaient vingt et quatre quand les fusils fleurirent,… »

  10. jean

    dit :

    Je fais quelquefois le même rêve, le réveil est pénible !

  11. Georges DAVY

    dit :

    J’ai envie de pleurer de tendresse lorsque je relis ou récite cette merveille de sensibilité et de désespoir… il est impossible de ne pas adorer ce chef d’oeuvre.

  12. Jean-Louis

    dit :

    C’est une femme imaginaire bien sûr, d’ailleurs Verlaine était homosexuel et lié avec Rimbaud. Il a été désespéré par son départ pour Djibouti, puis Obock. Ce poème est beau et universel car chacun rêve de rencontrer un être qui nous comprend vraiment et nous aime comme une mère ou un père. Ceux que la vie exila, ce sont les amants que la vie a séparé, Romeo et Juliette se sont retrouvés dans la mort.

  13. Mohamed

    dit :

    Je trouve qu il est en train de faire une dépression car il a perdu tous ses proches et son rêve rassemble tous ses proches dans une femme qu’il aime tellement.

  14. Archibald

    dit :

    Le nom de ceux que la vie exila. Il fait référence à Roméo et Juliette

  15. JOCELYNE

    dit :

    Merveilleux poème aussi merveilleux que l’Amour dont Verlaine rêve, mais qui est si difficile à trouver et à vivre que l’on est contraint de le rêver!

    UTOPIE de l’Amour parfait et pourtant non figé par l’habitude (qui n’est jamais tout à fait la même ni tout à fait une autre !), Amour auquel chacun aspire et rêve en secret : Amour Douceur et tolérance, capable de comprendre et d’aimer sans restriction… Amour toujours attendu, fait d’espoir et de souffrances tant il est difficile à capter et à garder que l’on est plus destiné à le rêver qu’à de le vivre…

    Verlaine a (je le pense) voulu montrer cette difficulté à être aimé pleinement, sincèrement, sans être jugé (et qui me comprenne) et dans le don total de soi.
    AMOUR d’une femme ou d’un homme qu’importe, l’Amour n’a pas de sexe…Il est un Don de soi Spontané, non programmé car il vient du coeur et Comme l’a si bien dit PASCAL : * Le cœur a ses raisons que la raison ignore « …

    Un Poème qui fait du bien par ce qu’il laisse fuser d’espérance mais qui nous laisse malgré tout dans l’angoisse de l’incertitude que chacun redoute et que l’Amour génère car nul ne sait combien il durera…

  16. Nat 17

    dit :

    Verlaine à la recherche de son âme sœur, qu’il n’a pas encore rencontrée. Homme ou femme, on s’en fiche. La couleur de peau, des cheveux etc. Idem! C’est un grand idéaliste! Un vrai poète bourré de talent qui s’enivre pour oublier ses rêves. Un petit chef d’oeuvre!

  17. bibi

    dit :

    Ce poème est très compréhensif

  18. Suzanne Hatton

    dit :

    I love this poem, it makes me think of someone.

  19. zorggy

    dit :

    Comme Anne, je pense que Verlaine parle de sa mère. Ou plus exactement du souvenir qu’il a d’elle lorsqu’il était tout petit. Elle ne lui a peut-être pas prodigué tout l’amour qu’il attendait et il est encore à rechercher cet amour total. Le fait d’évoquer des personnes disparues, à mon sens, met un mur entre ce rêve et la réalité: Verlaine idéalise cette femme qui sait tout de lui sans rien dire.

  20. vince

    dit :

    Ce poème est magnifique évidemment. Il traduit la profonde fragilité de Verlaine en même temps que sa sensibilité et son besoin de sécurité.
    Il l’est aussi parce qu’il a une dimension universelle : ce rêve qu’il nous est tous arrivé de faire et dont on conserve une douce nostalgie au réveil. Il est aussi riche d’ambiguïté et de mystère comme le sont les rêves : Est ce une femme connue dont l’auteur ne distingue pas les traits dans la brume onirique ? Est-ce un fantasme feminin? Masculin ? La figure de la mère qui protège ?

  21. Chantal

    dit :

    Je suis d’accord avec Darras. Je pense qu’il rêve de trouver la femme idéale qui le comprenne et l’aime tel qu’il est sans le juger ni vouloir le changer. Il n’est pas préoccupé par le physique de cette femme mais par sa tolérance et le réconfort qu’elle pourra lui apporter en soulageant ce vide, manque d’amour, de compréhension qui le fait tant souffrir. Ce poème est riche et plein de sens.

    Merci. Bien à vous, Chantal

  22. Anne

    dit :

    … enfin… c’est de sa mère qu’il parle! de son enfance… de la simplicité pour l’enfant de recevoir l’amour maternel, qui, SEUL, comprend, console… qui donne de l’amour inconditionnel à l’enfant, sans explication. L’amour adulte est bien plus compliqué, et Verlaine est nostalgique… (et peut-être aussi que sa mère lui apparaît en rêve!)

  23. Adam

    dit :

    Verlaine et Rimbaud étaient avant tout amoureux du travail artistique de l’autre et ils s’admiraient mais dire qu’ils s’aimaient, je ne pense pas.

  24. zora66

    dit :

    Un amour virtuel utopique que l’esprit du poète sublime dans l’inaccessibilité de l’aimé(e). J’aime ce grand poète dans sa simplicité et sa complexité.

  25. Guillaume L.

    dit :

    Je me permets de répondre à vos questions, Paul verlaine avait bel et bien une relation avec Rimbaud à un tel point quand 1874 il publie « romances sans paroles » alors que ce dernier est en prison suite car, suite à une disute en Rimbaud et lui même, il lui aurait tiré dessus. Par ailleurs Verlaine a écrit « mon rêve familier » dans les années 1865-1866 car ce poème provient du recueil « poème saturniens » parut en 1866.

  26. Jean

    dit :

    Quand Verlaine a écrit ce magnifique poème le jeune Rimbaud avait à peine 12 ans. C’est vrai que plus tard, tous deux ont vécu une grande histoire amoureuse mais dans ce poème Verlaine évoque une femme inconnue. ..?

  27. Melle Zoude Odette

    dit :

    Paul Verlaine était en effet amoureux de Arthur Rimbaud.

  28. Tara

    dit :

    Ce poeme tres beau

  29. janin

    dit :

    En quelle année est paru ce poème ?

  30. anes le bg

    dit :

    J’adore ce poème

  31. Dorian la révolution MBOUBADI

    dit :

    Ce poète est belle et bien amoureux. Paul V relate le véritable amour d’une femme aimée qu’il ne connaît pas l’identité car c’est une inconnue à son regard.

  32. Prosidéon…

    dit :

    1866, je doute qu’ il ne soit attiré par les hommes à ce moment Mireille… Ensuite il parle d’une femme qu’il a idéalisé peu importe la couleur de ses cheveux ce qui rend flou la nature de cette femme voir mystérieux, elle peut être unique et multiple mais elle seule ne peut le comprendre. Que la vie exila semble être celle qui est partie, enfouit dans ses souvenirs, que l’on s’imagine. Elle est sa moitié, sa confidente, son inspiratrice, sa poésie… En avant la musique avant toute chose…

  33. Justine Leclercq

    dit :

    Inconnue au vers 2 : Comment est construit cet adjectif ?

  34. forny

    dit :

    Ce poème me rappelle mon adolescence et mon prof de français qui m’a fait apprécier la poésie. C’était toute une époque. !

  35. Aicha

    dit :

    Vraiment j’adore trop ce poème, surtout la partie ou Paul dit :

    « Car elle me comprend, et mon coeur transparent
    Pour elle seule, hélas! cesse d’être un problème »

    C’est super Paul ! Je t’adore. Merci.

  36. Darras

    dit :

    Verlaine n’avait pas trouvé la femme qu’il était en train de chercher. Son rêve est d’avoir une femme à son goût. Pour lui il n’est pas intéressé par la physionomie, les traits, la beautę… mais par une femme de même comportement que lui. Ce qui pour lui est trés difficile à trouver.

  37. Rossello

    dit :

    Ce poême a permis à mon ami de me déclarer sa flamme… c’est la plus grande joie de ma vie ! Merci Paul !

  38. Guy Fitoussi

    dit :

    Ce poème parle d’une femme qui n’existe pas, qui est morte, qui a l’inflexion des voix chères qui se sont tues, le regard pareil au regard des statues. Et, pour sa voix, lointaine, elle est morte je vous dis, dans l’eu delà, il ne la connait même pas! Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l’ignore. Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore, Comme ceux des aimés que la vie exila. Il parle d’un amour impossible, qui n’existe pas, il parle de l’amour, tel qu’il l’imagine mais qu’il ne connaît pas encore. Le pauvre!

  39. Ève

    dit :

    Cette poésie est superbe, toute ma vie je l’ai eu dans mon esprit. Je t’aime toi et ma vie continue.

  40. coco

    dit :

    J’aime trop, demain je le récite.

  41. Raïssa

    dit :

    Mon poème adoré, je vie ce rêve…

  42. Mireille muller

    dit :

    Un rêve pénétrant d’une femme inconnue. Car c’est d’un homme dont Verlaine veut parler. D’ailleurs peu lui importe la couleur de ses cheveux, il souffre de ne pas pouvoir parler de l’homme qu’il aime. Puis à la fin il dit qu’elle a une voie grave, une voie qui lui est chère, mais celle-ci doit se taire. J’en ai déduit que Verlaine était homosexuel.

  43. nicole

    dit :

    Très émouvant ce poème

  44. Lph

    dit :

    Il parle de la mort, le nom de ceux que la vie exila…

  45. Marie-Martine Champigny

    dit :

    Ce n’est pas un poème d’amour, c’est une rêve d’amour subliminal…

  46. ldf

    dit :

    beau poeme

  47. cellea kedenton

    dit :

    C’est peut-être par manque de sensibilité, mais j’ai du mal à me représenter une femme parfaite avec ses précisions. Bien que le nom du poème soit parfaitement en accord avec le caractère rejeté et malaimé de Verlaine à l’époque, on se rend compte qu’il ne désespérait pas complètement et continuait sur sa voie en tant qu’artiste accompli.

  48. Ines

    dit :

    Le meilleur poème de Paul Verlaine. J’adore

  49. Poodja

    dit :

    J’ai adoré ce poème…

  50. cyprien

    dit :

    j’adore ce poeme

  51. jbc king

    dit :

    Merveilleux poème ! Je l’ai juste lu une fois et tombé amoureux de lui !

  52. Hahaha

    dit :

    Mais enfin, ce n’est pas des fautes, c’est de l’ancien français !!

  53. Arthur

    dit :

    Bjr tout le monde, le thème de ce poème est bien l’amour?

  54. Ghelab

    dit :

    Tant mieux si vous aimez autant cette poésie!
    Puisse-t-elle avoir le mérite de vous faire aimer la langue et vous réconcilier avec son orthographe…

  55. eve

    dit :

    j’adore ce poème ! je suis hyper contente de l’avoir retrouver!

  56. chaima

    dit :

    j’ai pas des mots qui peux vraiment expliquer ma jois a trouver cet poéme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *