Le long du quai

Sully Prudhomme

Le long des quais les grands vaisseaux,
Que la houle incline en silence,
Ne prennent pas garde aux berceaux
Que la main des femmes balance.

Mais viendra le jour des adieux ;
Car il faut que les femmes pleurent
Et que les hommes curieux
Tentent les horizons qui leurrent.

Et ce jour-là les grands vaisseaux,
Fuyant le port qui diminue,
Sentent leur masse retenue
Par l’âme des lointains berceaux.

René-François Sully Prudhomme, Stances et poèmes

Imprimer ce poème

6 commentaires sur “Le long du quai”

  1. bouchard

    dit :

    Il y a dans cette musique et dans la sonorité des mots et des phrases mêlées un accord parfait, ce miracle que notre cerveau reconnait, parce qu’il le savait éjà et notre esprit s’en nourrit.

  2. Tavia

    dit :

    Oui c’est mieux le long du quai dans le titre car quai au singulier prend alors sens général, c’est le syntagme. Par contre les quais au pluriel dans la séquence scénarisée devient vivant singulier et multiple. C’est selon moi la beauté de la langue française que fait chanter Fauré d’une si belle manière.

  3. M_Thos

    dit :

    Dur à illustrer

  4. Jean-Marie Theis

    dit :

    Bonjour et Merci de ce beau poème, mis également en musique par Gabriel Fauré (« Les berceaux ») que j’étudie en chant. Mais une simple remarque : est-ce le long du quai ou bien le long des quais ? Car le titre et le texte ne concordent pas.

  5. Marianne 2001

    dit :

    Quel est le genre de ce poème ?

  6. College Lucie Aubrac : 5°4

    dit :

    Très beau poème ! ça m’aide beaucoup pour mon anthologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *