Marine

Paul Verlaine

L’Océan sonore
Palpite sous l’oeil
De la lune en deuil
Et palpite encore,

Tandis qu’un éclair
Brutal et sinistre
Fend le ciel de bistre
D’un long zigzag clair,

Et que chaque lame,
En bonds convulsifs,
Le long des récifs
Va, vient, luit et clame,

Et qu’au firmament,
Où l’ouragan erre,
Rugit le tonnerre
Formidablement.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Marine”

  1. Mm jaquee

    dit :

    Je l’ai fait à ma classe

  2. alicero007px58trey45fj

    dit :

    J’aime beaucoup cet écrivain qui a composé cette poésie de quatre quatrains, c’est très lugubre et c’est très beau.

  3. Nisrine

    dit :

    J’ai ce poème à apprendre. Je trouvais difficile au début mais en comprenant bien son analyse et ce qu’il essaye de dire j’ai trouvé vachement facile. J’aime bien cet écrivain, surtout sa façon de s’exprimer.

  4. tonBouye le Chauve

    dit :

    qqn peut envoyer un commentaire composé ?

  5. Magix

    dit :

    c’est trop beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *