A une rose

Tristan Corbière

Rose, rose-d’amour vannée,
Jamais fanée,
Le rouge-fin est ta couleur,
O fausse-fleur !

Feuille où pondent les journalistes
Un fait-divers,
Papier-Joseph, croquis d’artistes :
– Chiffres ou vers –

Coeur de parfum, montant arôme
Qui nous embaume…
Et ferait même avec succès,
Après décès ;

Grise l’amour de ton haleine,
Vapeur malsaine,
Vent de pastille-du-sérail,
Hanté par l’ail !

Ton épingle, épine-postiche,
Chaque nuit fiche
Le hanneton-d’or, ton amant…
Sensitive ouverte, arrosée
De fausses-perles de rosée,
En diamant !

Chaque jour palpite à la colle
De la corolle
Un papillon-coquelicot,
Pur calicot,

Rose.thé !… – Dans le grog, peut-être ! –
Tu dois renaître
Jaune, sous le fard du tampon,
Rose-pompon !

Vénus-Coton, née en pelote,
Un soir-matin,
Parmi l’écume.., que culotte
Le clan rapin !

Rose-mousseuse, sur toi pousse
Souvent la mousse
De l’Aï… Du Bock plus souvent
– A 30 Cent.

– Un coup-de-soleil de la rampe !
Qui te retrempe ;
Un coup de pouce à ton grand air
Sur fil-de-fer ! …

Va, gommeuse et gommée, ô rose
De couperose,
Fleurir les faux-cols et les coeurs,
Gilets vainqueurs !

Tristan Corbière, Les Amours jaunes

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “A une rose”

  1. Nyanonyme

    dit :

    De quand date ce poème ? Il est très laid en tout cas !

  2. tressy

    dit :

    Je n’ai pas trop aimé ce poème car non seulement il est trop long mais en plus il n’est pas logique et on ne comprends pas ce que veut dire le poète c’est à dire s’il aime la rose ou s’il la déteste ou s’il est triste à cause d’elle. Si je devais mettre une note j’aurais quand meme mis 11 sur 20 car il y a quand meme eu des passage’ que j’ai compris meme si je ne les ai pas trop aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *