Antoine Watteau

Marcel Proust

Crépuscule grimant les arbres et les faces,
Avec son manteau bleu, sous son masque incertain;
Poussière de baisers autour des bouches lasses…
Le vague devient tendre, et le tout près, lointain.

La mascarade, autre lointain mélancolique,
Fait le geste d’aimer plus faux, triste et charmant.
Caprice de poète – ou prudence d’amant,
L’amour ayant besoin d être orné savamment –
Voici barques, goûters, silences et musique.

Marcel Proust, Les Plaisirs et les Jours, Portraits de peintres et de musiciens 1896

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Antoine Watteau”

  1. Tripette

    dit :

    Profondément sobre à l’extrême et romantique, Marcel Proust. Clairement. Mais en même temps le réalisme d’être. D’être une conscience qui vit une volupté platonique. La véritable ombre pour Proust est le commun de la vie. « voici barques, goûters… musique ». Alors qu’on ressent chez Proust le souhait de vivre davantage qu’aimer, boire et chanter. Mais en conclusion la juxtaposition reste superbe et la tristesse du quotidien passe inaperçu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *