Poison perdu

Germain Nouveau

Des nuits du blond et de la brune
Pas un souvenir n’est resté
Pas une dentelle d’été,
Pas une cravate commune ;

Et sur le balcon où le thé
Se prend aux heures de la lune
Il n’est resté de trace, aucune,
Pas un souvenir n’est resté.

Seule au coin d’un rideau piquée,
Brille une épingle à tête d’or
Comme un gros insecte qui dort.

Pointe d’un fin poison trempée,
Je te prends, sois-moi préparée
Aux heures des désirs de mort.

Germain Nouveau, Premiers poèmes

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Poison perdu”

  1. Chrif

    dit :

    Ce poème sans autographe se trouvait dans les manuscrits de Rimbaud remis à Verlaine. Ce dernier a toujours attesté qu’il était d’Arthur bien qu’écrit faiblement. C’est pourquoi on le trouve dans les premiers recueils publiés de Rimbaud. Delahayee l’ami d’enfance à Charleville a attesté de son côté que Germain lui avait confirmé que ce poème était de Rimbaud. C’est André Breton qui l’attribue à Nouveau ce qui est fort invraisemblable.

  2. geneviève barrillon

    dit :

    Il y a quelque chose de Rimabladien dans ce magnifiqiue poème onirique. Il semblerait que Nouveau et lui l’aient composé de concert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.