Prière

Germain Nouveau

Au plus haut point de la montagne la plus pure,
Au plus beau jour de nos époques favorites
Où le désert se fleurissait de nouveaux rites,
A l’heure d’or la plus sévère à la nature ;

Blanche et les flancs pressés d’une longue ceinture,
Debout dans l’idéal concert de ses mérites,
La plus sainte et la plus charmante des ermites
Lève au ciel ses bras nus dans leurs manches de bure.

Son visage d’un feu tranquille et blanc rayonne
Comme une neige ou comme un linge où l’astre donne ;
Son coeur allumé s’ouvre au céleste conseil !

Et les plaines, à ces sauvages pieds d’yeuses,
Sont un cirque apaisé de bêtes précieuses
Les yeux de Jésus-Christ s’ouvrent dans le soleil.

Germain Nouveau, Autres vers

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Prière”

  1. Simone Grava-Jouve

    dit :

    Comment comprenez-vous ce poème? Qui est la « blanche ermite » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *