A la Marquise

Pierre Corneille

Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m’a vu ce que vous êtes;
Vous serez ce que je suis.

Cependant j’ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n’avoir pas trop d’alarmes
De ces ravages du temps.

Vous en avez qu’on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu’il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j’aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu’autant que je l’aurai dit.

Pensez-y, belle marquise.
Quoiqu’un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu’on le courtise
Quand il est fait comme moi.

Pierre Corneille

Imprimer ce poème

27 commentaires sur “A la Marquise”

  1. Love ma langue française

    dit :

    Vous êtes hors sujet, surtout quand vous parlez de « machiste ». Cette phrase signifie juste que vu que c’est un écrivain connu s’il ne parle pas de sa beauté, ne serait-ce même que d’elle, elle finira oubliée au fil des âges à contrario de l’écrivain. Et c’est elle qui fronce le nez de la vieillesse de Corneille.. voilà rien à voir donc. On peut parler de vengeance mégalomane mais absolument pas de machisme ici. C’est dommage de s’exprimer sans prendre le temps de comprendre les choses, meme de s’y intéresser un tant soit peu, puisque le sens est limpide.

  2. warlix

    dit :

    Alors, pour répondre à angele, je ne suis pas certain que le propos

    « Vous ne passerez pour belle
    Qu’autant que je l’aurai dit. »

    soit machiste.

    Si la jeunesse porte avec elle la beauté plastique (parfois), est-ce que le « beau » chez l’autre y fait nécessairement référence ? Les canons de beauté évoluent à travers le temps, en est-il ainsi pour ceux de la tendresse, l’esprit, la douceur ? Je dirais que celui ou celle qu’on trouve belle ou beau peut ne pas l’être d’un point de vue esthétique ou plastique. Peut-on comparer un homme de vingt an à un de soixante ? Et pourtant, n’y a-t-il personne pour trouver beau ce dernier ?

  3. angele

    dit :

    C’est , certes, bien tourné. Mais affreusement machiste et fat: Vous ne passerez pour belle que quand je vous l’aurai dit. Alors que lui reste beau: J’ai quelques charmes qui restent éclatants.

    Les strophes expliquant que le temps fera passer certains traits et en révéler d’autres est très vrai.

    Cependant, il ne peut considérer que Marquise doit ignorer et ne pas jouir (de)sa jeunesse , je suppose qu’il a eu, lui, le bonheur d’en profiter… C’était vraiment un monde d’hommes et pour les hommes. Les femmes étaient vite considérées comme des enfants à éduquer…

  4. FOUCHER

    dit :

    Réponse à Roussel :
    Corneille avait 52 ans lorsqu’il a écrit ce poème à la jeune marquise de 25 ans. Pour la petite histoire, elle avait refusé la première fois ses avances ce qui expliquait peut-être son agressivité dans le poème.

  5. Roussel

    dit :

    Mon petit fils a étudié et appris ce poème. Il est en cinquième et nous avons abordé le thème de la beauté et de la jeunesse qui se fannent avec le temps. Pour compléter l’échange j’aimerais savoir à quel âge Corneille l’a écrit. Dans mon souvenir fort ancien il devait avoir 40 ans ? Merci de m’éclairer

  6. saltimbanque 47

    dit :

    Quel dommage que notre belle langue ne fasse plus l’admiration de la génération S. M. S. et verlan de tous les fans de N. T. M. !

  7. L’Arabe

    dit :

    Il se ramasse un rateau et il hurle… Ni voyez nulle grâce en dehors d’une jolie plume, et c’est ce que Brassens a mis en avant.

  8. paul

    dit :

    C’est la réponse de Marquise qui est cinglante et vraie en glorifiant le temps présent!

  9. lena raclin

    dit :

    Ce poème est magnifique mais je voudrais savoir si il rentre dans la case des poèmes sur la fuite du temps ou bien sur la méditation de l’existence

  10. susie auzat-magne

    dit :

    Petite poétesse n’a jamais lu notre merveilleux CORNEILLE, LE CID !!! C’est dramatique et non pas amoureux. merci à tous ces amoureux du beau « parler ». Tous les jours, je fredonne ce beau poéme « cornellien », il me remet les idées en place. Je suis, maintenant de l’autre coté du versant et je n’ai pas encore autant d’années à vivre. Et pour parler DU CID, je dirai ceci à « petite poétesse » je suis vieille, il est vrai, mais aux ames bien nées, la valeur ne s’éteint pas avec le nombre des années. S.A.M.

  11. susie auzat-magne

    dit :

    Toujours aussi fringant, notre beau CORNEILLE, et je suis toujours amoureuse de ce magnifique poeme

  12. MTL

    dit :

    Et toc, corneille, prends ca dans les dents.

  13. Coco84

    dit :

    j’ai appris ce poème quand j’étais collégienne, j’ai aujourd’hui 72 ans, je l’ai toujours trouvé si vrai !

  14. Frederic Tassigny

    dit :

    Brassens à mis en musique ce joli poème de corneille en n’en gardant que les 4 premières strophes mais en y ajoutant la derniere écrite par Tristan Bernard, en effet.. Il ne pouvait pas en être autrement venant de sa part !!! Il a d’ailleurs mis en musique beaucoup de poèmes, de Lamartine à Villon en passant par Pol… Et j’en oublie.. Merci Georges, grâce à toi, je peux dire en musique des choses sublimes à l’étonnement général la plupart du temps !!!

  15. Augustin

    dit :

    C’est beau

  16. nicolas

    dit :

    Bonjour, je suis élève de première et j’ai une anthologie sur le thème de la « mort/vieillesse » à rendre. Cependant je me pose une question à propos de ce texte : Est ce que Corneille présente la vieillesse comme une dégradation du corps et de l’esprit dans ce poème? Merci d’avance.

  17. Augustin

    dit :

    Magnifique poème

  18. Thomas Marie Claude

    dit :

    Je crois qu’il y a une autre réponse de Marquise….

    – C’est vrai à répondu Marquise,
    Je suis frivole assurément,
    Mais puisqu’il faut qu’on vous le dise
    Je n’ai que faire d’un vieil amant !

    … mais à ma grande honte, j’ignore quel en est l’auteur.
    Quelqu’un saura peut-être nous le dire. Merci.

  19. François

    dit :

    Ce ne sont pas Stances à la marquise mais Stances à Marquise. Marquise était Marquise-Thérèse Gorla, comédienne.

  20. Ouedraogo Mahamadi

    dit :

    Super !

  21. Rasade

    dit :

    La réponse de la marquise, écrite par Tristan Bernard et chantée par Brassens, vaut quand meme le détour…
    « Peut-être que je serai vieille
    Répond Marquise, cependant
    J’ai vingt-six ans mon vieux Corneille
    Et je t’emmerde en attendant »
    salut.

  22. fino

    dit :

    C’est vraiment fantastique!

  23. Lucie

    dit :

    C’est très beau ! Merci poetica de m’avoir fait découvrir ce poéme.

  24. anais

    dit :

    Est ce que ce magnifique poème a t’il été mis en musique par Brassens? Tout simplement magnifique et si vrai.

  25. petitepoetesse

    dit :

    C’est tiré du cid

  26. Benoît Pineau

    dit :

    ce poème est très beau. Je suis professeur de français en lycée et je trouverais très intéressant de le faire étudier à mes élèves. Merci poetica pour ce bon moment à lire ce magnifique poème.

  27. Fouillé

    dit :

    Je suis une adepte des poèmes depuis l’age de 13 ans,
    j’en ai 46 maintenant,
    le seul et le plus puissant ,
    celui qui envahissant ma vie ,
    n’a jamais quitté mon esprit ,
    il est lié à moi,
    à vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *