Le peintre du dimanche

Esther Granek

Sur le motif, un jour sur sept
il va.
Le chevalet et la palette
aux bras.
Un jour sur sept, six jours véniels
s’estompent.
Du quotidien, les rituels
se rompent.

Heureux, le peintre du dimanche !

Par tous ses pores, l’instant béni
il gobe.
Et d’un segment de paradis
s’enrobe.
Sans souci de postérité
il crée.
En grands élans d’inspiration
il pond.

Heureux, le peintre du dimanche !

Sur le motif, six jours sur sept
ne va.
Besoin d’écouler ses oeuvrettes
il n’a.
Tourments des artistes à plein temps
ne sait.
Et de ses dons, aucun bilan
ne fait.

Heureux, le peintre du dimanche !

Esther Granek, De la pensée aux mots, 1997

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *