Epilogue

Esther Granek

Toi qui as rêvé de cimaises
et exposes au bord du trottoir,
lorsque ton humeur vire au noir,
maniant le pinceau ou la glaise,
(sont-ce des croûtes ? est-ce de l’art ?)
dès lors que les jours te font mal,
étant éternel méconnu,
pour te remonter le moral
tu te rechantes en épilogue
comme une indispensable drogue :
Vincent n’a jamais rien vendu…
Vincent n’a jamais rien vendu…

Et toi, accroché à ta plume,
rêvant d’un public averti
et rabâchant ton amertume
puisqu’au tiroir vont tes écrits,
et te taraudant de questions,
(suis-je auteur ? ou écrivaillon ?)
et voyant fuir avec terreur
les jours, les mois, les ans… les heures,
tu te rechantes en épilogue
comme une indispensable drogue :
Vincent n’a jamais rien vendu,,,
Vincent n’a jamais rien vendu…

Esther Granek, De la pensée aux mots, 1997

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Epilogue”

  1. Julie F

    dit :

    Ce poème aurait pu aussi être classé en « désespoir » ; il est poignant on voudrait pouvoir dire à l’auteur : ce seul poème te fait grand, comme Vincent…

  2. INNOCENTE pierre-vincent

    dit :

    Interessant, je découvre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *