J’ai connu tant de ciels

Esther Granek

J’ai connu tant de ciels
Et de terres de hasard
Pour gens de toutes parts
Venus on ne sait d’où
Et ne t’ai point trouvée

J’ai suivi les chemins
Des chiens et des gamins
Sortis de nulle part
Et qui vont n’importe où
Et ne t’ai point trouvée

Et j’ai chanté le vin
Les chagrins les refrains
Qui sont nés autre part
Et qu’on entend partout
Et ne t’ai point trouvée

J’ai connu tant de filles
Les douces et les aigries
Les rondes les aplaties
Les vives et les bornées
Et ne t’ai point trouvée

Et j’ai bu le nectar
Et j’ai usé l’espoir
Des partout des nulle part
Qui se moquent de vous
Et ne t’ai point trouvée

Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “J’ai connu tant de ciels”

  1. benito assani

    dit :

    j’ai éssayé d’avoir une explication, et je ne l’ai point trouvé.

  2. Charlotte

    dit :

    Quelqu’un peut il m’expliquer la signification de ce poème s’il vous plait ? je crois que j’ai compris mais je ne suis pas sure…
    Merci d’avance ! 🙂

  3. Manuel

    dit :

    Narcisse insaisissable, ton parfum m’enivre.

  4. Carlos.G

    dit :

    Hélas, je ne l’ai point trouvée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *