A une Dame créole

Charles Baudelaire

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés
Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire,
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d’orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l’abri des ombreuses retraites
Germer mille sonnets dans le coeur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire

Imprimer ce poème

32 commentaires sur “A une Dame créole”

  1. Sasa

    dit :

    Juste parfait! Merci beaucoup Baudelaire

  2. Ragi Kahukula Fénelon

    dit :

    Cette beauté sublissime mérite vraiment à une noire et c’est à sa juste valeur que Baudelaire l’a décrite.

  3. paulo le bg

    dit :

    oui c tro bien

  4. Maylitelponi

    dit :

    j’aime beaucoup. 🙂

  5. N@DIR

    dit :

    J’ai lâche les poèmes pendant un mois depuis j’y comprends plus rien…

  6. Erwan

    dit :

    Génial !

  7. Evan katakala

    dit :

    Très beau poème

  8. Ness Diega

    dit :

    Ce poème veut tout dire! Il est magnifique comme tout ceux de Baudelaire… A conseillé pour ceux qui aiment ce genre « Les fleurs du mal »!

  9. Alain Soral

    dit :

    Saperlipopette ! Tout n’est que trahison !

  10. Misly

    dit :

    Plume noire,

    Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une « sublimissime beauté noire ». Ce poème était destiné à la femme de Monsieur Autard de Bragard. Ils étaient des colons! Donc ce poème était adressée à une femme d’origine « européenne » ayant certes grandi dans les Mascareignes. Vous comprendrez maintenant ce que signifie le vers suivant: « […] Que vos grands yeux rendraient PLUS SOUMIS que vos NOIRS. »

  11. Plume noire

    dit :

    Très beau poème en effet mais… en lisant entre les vers, Baudelaire ne suggère t il pas que cette sublimissime beauté noire n’est pas appréciée à sa « juste valeur » par nous mêmes les noirs? (et c’est tout à fait possible) cf les passages « …charmes ignorés », « Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire… », Et surtout « Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs ». Sacré poète!

  12. Araïa

    dit :

    Ce poème a été publié en 1845 pour la première fois dans la revue l’artiste, mais le recueil des fleurs du mal apparait entièrement seulement en 1857

  13. olive

    dit :

    Très beau poème!!!!!♥♥♥

  14. Emeline

    dit :

    Kell beau poème !

  15. geopra

    dit :

    En quelle année ce poème a-t-il été publié svp ?

  16. persegol

    dit :

    beau

  17. Nelson Balafard

    dit :

    Tres beaux poeme, comme d’habitude.

  18. Kassandra

    dit :

    Très beau Poème! Il est magnifique. J’adore.

  19. oceane la parisienne

    dit :

    C’est un très joli poème de Baudelaire

  20. nelson

    dit :

    Trés joli poéme, qui rend hommage à la beauté interieure et exterieure de la femme.

  21. maguy koffi

    dit :

    Beau poème suivant une rythmique parfait… digne d’un si grand poète

  22. joseph

    dit :

    un trê bo poeme parsemé d images trê evocatrices.cela porte a croire ke notre poete est un symboliste de renom. baudelaire a donc su avec bcp d mani associer les elements d la nature au portrait physiko moral d la femme.

  23. franamer

    dit :

    C’est un joli poème, mais il est un peut compliqué à certains endroits.

  24. Jerzy christian kisoka

    dit :

    En tant ke poète c un poeme ki penetr l esprit feminin et adouci les coeurs des femes ke l on aime

  25. Zécoeur

    dit :

    Très jolie poème qui rend hommage à la beauté féminine.

  26. Océane

    dit :

    J’aimerais, savoir comment le poème célèbre t-il la beauté féminine ?

  27. Creole

    dit :

    J’adore ce poeme mon fre <3

  28. patgui

    dit :

    Rien qu’à voir l’étiquette l

  29. patgui

    dit :

    Cher Charles
    Quel grand dommage que vous n’ayez semble t – il connu que la beauté créole et non son essence que l’on trouve en Afrique noire Vous auriez apprécié comme chaque poète qui découvre ces flacons sombres de les déboucher subtilement et d’en apprécier les effluves et le toucher
    Mes pensées vont vers celles que j’ai pu sentir et ressentir mais aussi à mon amie Germaine surtout vêtue en créole avec sa peau de marbre
    Bon anniversaire Germ

  30. sassou

    dit :

    Ce poème a été écrit en 1841, il célèbre la beauté féminine, thème d’inspiration récurrent dans le recueil : Les Fleurs du Mal.

  31. Chachou.

    dit :

    En quelle année il a été publié ?
    & dans quel ouvrage ?

  32. Lou Exupéry

    dit :

    Vraiment très joli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *