Après trois ans

Paul Verlaine

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin…
Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
– Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

Imprimer ce poème

19 commentaires sur “Après trois ans”

  1. Angélus

    dit :

    Cher lecteur,

    Ce poème est un sonnet car il contient deux quatrains (quatre vers) suivi de deux tercets (trois vers). Il est écrit en alexandrins (douze syllabes). On remarque des rimes embrassées aux deux quatrains (ABBA), puis des rimes suivies au premier tercet (CC) accompagnées de rimes croisées au dernier tercet (DEDE).

    Bonne lecture 🙂

  2. lecteur

    dit :

    Quelle est la forme de ce poème ?

  3. Bonherbe de Rouville

    dit :

    On n’a jamais vu/entendu un sonnet aussi poignant et, à la fois calme, serein… comme savait faire Verlaine quand il n’était pa pris de boisson (ce qui était rare…) Quel merveilleux poète !

  4. Rayssa

    dit :

    Bonjour, j’aimerai savoir sí quelqun a deja fais un commantaire sur ce poème car je l´adore et pourrais le mettre en commantaire svp. Merci

  5. Remond

    dit :

    Bonjour, je suis collégienne et je dois apprendre cette poésie. Celle-ci me plait énormément. Elle a un style super bien organisé.

  6. Carla

    dit :

    Poème de Paul Verlaine du recueil Poèmes Saturniens (en italique) publié en 1866. Saturne -> planète qui destine un hô à être mélancolique. 3è poème de la 1è section Melancholia (cf gravure de Dürer). Décor impressioniste. Souvenir d’un été amoureux. Jardin merveilleux. Manque de la personne aimée (sa cousine Elisa dont il est <3 mais qui l'a repoussé), nostalgie, mélancolie du souvenir.

  7. Laloutte

    dit :

    Ce poème est écris par Paul verlaine et en l’écrivant il s’adresse à sa cousine qu’il aimait mais il n’a pas pu l’épouser car elle s’est mariée avec un autre, donc en revenant dans cet endroit il est mélancolique car il revoit les moments passés avec elle…

  8. xodfz

    dit :

    Je dois commenter ce poème pour le lycée. Quelle problématique me conseillerez vous ?

  9. jannoa jeine

    dit :

    Quelle est le decor suggeré dans la premiere strophe?

  10. valou

    dit :

    Le poème a été écrit par Paul Verlaine en 1866.

  11. Quelqu’un

    dit :

    Le poème de Paul Verlaine raconte son enfance joyeuse. Malheureusement ces souvenirs sont passés et il en est triste. Pour ceux qui demandent, le poème à été écrit en 1866.

  12. clairou

    dit :

    Donc si j’ai bien lu vos commentaire vous me conseillerait  »après trois ans  » c’est ça ?

  13. Louise Jeuffrault

    dit :

    Ce poème est juste super. Il parle de ses souvenirs comme s’y il y était mais s’aperçoit que le réel est en train de tomber en ruine je trouve cette chanson triste… mais aussi mélancolique car il n’y a plus personne il se retrouve seul a regarder le temps qui est passer. Triste…

  14. Cess

    dit :

    Gohech, ta lecture de ce poème m’enchante !

  15. Gohech

    dit :

    Ce qui m’étonne, c’est que j’ai l’impression d’être le seul à voir le contenu érotique de ce poème. ‘la porte étroite’… bien entendu… et il ne résiste pas longtemps à la poussée, ‘chancelle’ vite, ce genre de porte étroite ! Quand à la ‘promenade’ dans le ‘petit jardin’, même du bout des doigts… c’est sûr qu’elle fait vite apparaître quelque ‘humide étincelle’ y compris chez les plus blasé(e)s d’entre nous…
    Quand je caresse les ‘roses’ de mon amant ou ses ‘alouettes’ auxquelles j’imprime doucement un mouvement de ‘va et vient’,vous pensez bien que son ‘grand lys orgueilleux’ ne tarde pas à ramener sa fraise…
    Continuez à lire en pensant à l’inconscient de Verlaine, lequel, même alors qu’il était jeune, était déjà un vieux cochon.
    Pour notre plus grand bonheur à tous et à toutes !

  16. anonyme

    dit :

    Il super mais j’aimerais bien connaitre la date et le nom du recueil.

  17. lol

    dit :

    Quelqu’un peut me dire quand ce poème a été écrit ?

  18. Baby Lover

    dit :

    Génial ce poème ! Pour le collège on doit écrire un poème sur le temps du coup, j’ai choisi celui-ci car il n’est pas trop long à écrire !

  19. ghghf

    dit :

    génial il est pas trop long celui là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *