Le coucher du soleil

Gérard de Nerval

Quand le Soleil du soir parcourt les Tuileries
Et jette l’incendie aux vitres du château,
Je suis la Grande Allée et ses deux pièces d’eau
Tout plongé dans mes rêveries !

Et de là, mes amis, c’est un coup d’oeil fort beau
De voir, lorsqu’à l’entour la nuit répand son voile,
Le coucher du soleil, – riche et mouvant tableau,
Encadré dans l’arc de l’Etoile !

Gérard de Nerval, Odelettes

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Le coucher du soleil”

  1. Kate

    dit :

    A relire quand on est à Paris pour partager l’émoi de nerval aux Tuileries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *