Rivières d’ambres

Francis Etienne Sicard

La lumière,
Fanant l’aube
Et sa cire de menthe,
Engendre
Le soleil
Et sa mousse
D’étoiles,
Parsemant
Dans l’azur
Des lambeaux de rosée
Où s’abreuvent
En flamant
Des bouches
Assoiffées
De rires
Et de reines.

Eteignant
Le savoir,
La nature
Se tait,
Préférant
L’abreuvoir
A toute satiété,
Comme si l’univers
Avait uni
La parole
A son instable instant,
Et éveillé,
Enfin,
Le temps,
Dans un bruit
De couleurs.

La lumière
Est un art
Qui révèle
Les mots
Et glisse
Entre les gants
De la fourche
Du vent.

Francis Etienne Sicard, 2011

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *