Bien que la guerre soit âpre, fière et cruelle

Théodore Agrippa d'Aubigné

Bien que la guerre soit âpre, fière et cruelle
Et qu’un douteux combat dérobe la douceur,
Que de deux camps mêlés l’une et l’autre fureur
Perde son espérance, et puis la renouvelle,

Enfin, lors que le champ par les plombs d’une grêle
Fume d’âmes en haut, ensanglanté d’horreur,
Le soldat déconfit s’humilie au vainqueur,
Forçant à jointes mains une rage mortelle.

Je suis porté par terre, et ta douce beauté
Ne me peut faire croire en toi la cruauté
Que je sens au frapper de ta force ennemie :

Quand je te crie merci, je me mets à raison,
Tu ne veux me tuer, ni m’ôter de prison
Ni prendre ma rançon, ni me donner la vie.

Théodore Agrippa d’Aubigné

Imprimer ce poème

11 commentaires sur “Bien que la guerre soit âpre, fière et cruelle”

  1. Lucrèzia

    dit :

    Ce n’est pas un poème sur la guerre, en fait. Le poète utilise « juste » son expérience des combats et de la souffrance pour parler de sa situation amoureuse. Les deux dernières strophes parlent de la souffrance amoureuse causée par la passion qu’il éprouve pour une belle indifférente (peut-être Diane Salviati). Il est désespéré, prisonnier de sentiments dont nul ne peut le libérer. La guerre est finalement moins cruelle et douloureuse que l’amour, voilà ce que dit ce poème.

  2. jean

    dit :

    De quand date ce poème?

  3. LB

    dit :

    C’est le 16e siècle (humanisme normalement??), l’auteur est protestant et écrit contre les guerres de religions de l’époque.

  4. Bouin

    dit :

    C’est quel mouvement ?

  5. Elisabeth Waugaman

    dit :

    Combat de guerre, d’amour, d’esprit tous à la fois. C’est spectaculaire.

  6. Calin Volant

    dit :

    Ce poeme a été écrit au XVIeme siècle, je ne connais pas la date exacte

  7. FREZARD G

    dit :

    Je ne suis pas sur que le soldat ait du ressentiment. Il constate une contradiction dans la guerre: il la trouve belle (occasion d’exercer sa vertu ?) mais en même temps cruelle. Cela le conduit à rechercher une intention à la guerre qu’il personnifie mais il n’en trouve pas. Il y a comme une acceptation du mystère de l’absurde ou du sublime.Difficile de se savoir ce que pense l’auteur car lui même ne sait pas trop ce qu’il pense. Il décrit juste ses ses sentiments en espérant peut être mieux comprendre.

  8. Clémence. N

    dit :

    De quand date ce poème?
    Je ne trouve la date nul part. Merci d’avance.

  9. paolyne ngassie

    dit :

    Très beau poème !

  10. Reinbold M.

    dit :

    L’auteur décrit les horreurs et les ravages de la guerre et le ressentiment d’un soldat qui ne comprend pas une telle cruauté.

  11. Charrais R.

    dit :

    ce poeme est simple mais on ressens des tas de choses el le lisant .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *