Quand vous serez bien vieille

Pierre de Ronsard

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre et fantôme sans os :
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578

Imprimer ce poème

55 commentaires sur “Quand vous serez bien vieille”

  1. anet889

    dit :

    Franchement ce poème je l’adore. Il est gravé dans ma tête…

  2. ettaieb

    dit :

    Pierre Ronsard et Antoine Du Bellay tous deux du XVe siècle étudiés au collège des années 50 font partie des auteurs qui m’ont jusqu’à présent le plus marqué .

  3. Amani

    dit :

    Ronsard, un poète que j’honnore. De ses bons poèmes sonores. Poète du siècle. Celui, écouté du ciel.

  4. wahl

    dit :

    Lors vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
    Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
    Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
    Bénissant votre nom de louange immortelle.

    Dans une autre version que j’ai trouvé sur internet, on peut lire « qui au bruit de Ronsard », à la place de « qui au bruit de mon nom », ce qui évite la répétition sans éviter le hiatus. Y-a-t-il deux versions?

  5. Mohwali Awamar

    dit :

    Ronsard est certes des plus grands de la litérature française mais il ne doit pas nous faire oublier les autres, notamment l’auteur du plus beau vers de cette litérature :  » Et rose ,elle a vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un matin ».

  6. Dalougou Gyres

    dit :

    Ce fut pour moi un poète inoubliable, un tel devrait connaitre l’eternite…

  7. Abdelwaheb Belhaj

    dit :

    À soixante six ans, soit près de cinquante ans après avoir quitté le lycée (lycée Carnot – Tunis) je garde dans ma mémoire des parties des poèmes des grands poètes français de differentes epoques dont Ronsard que je considère comme l’un des plus talentueux.

  8. BAYANG BELLA VP

    dit :

    On ne le dira jamais assez mais Ronsard a été, demeure et sera pour moi le plus grand des poètes de la littérature française !

  9. Margot Raybould

    dit :

    La même ideé se trouve dans la poésie de Robbie Burns, poète écossais. Il parle de cueillir les roses de la jeunesse au moment que vous aviez le temps.

  10. Liame Tammet

    dit :

    J’ai une antho à faire sur les ages de la vie et ce poeme est parfait !! J’aime bcp ce site aussi.

  11. stephane

    dit :

    Bjr, face à une telle inspiration je ne suis qu’un lezard face au faucon! Vraiment ce poème il est beau! Complexe mais enrichissant.

  12. jean vivien foe fils barakamfitiye

    dit :

    J’ai apris ce poème en second lettres au lycee Saint Joseph de Gatara au Burundi. C’est un poème magnifique, en d’autres termes, Ronsard est inspiré par dieu d’amour. J’adore Ronsard.

  13. joyeux nyamigogo

    dit :

    Le prof Ezechiel Basera m’a donné un survol de ce poème en 3ème. Je l’aime bcp.

  14. Mireille

    dit :

    Bravo à Michel 2 d’avoir rétabli le vrai sens de « ombres myrteux » car la plupart n’en ont pas compris la signification réelle et ne savent pas du tout que c’est une allusion mythologique. Certains trouvent que cette allusion montre le « pédantisme » de Ronsard mais pour moi il n’y a rien de péjoratif car Ronsard était tout simplement un très grand poète. Et la culture n’est pas forcément du « pédantisme ».

  15. Philip Mahieu

    dit :

    J’ai appris ce texte à l’école à l’age de 16 ans, et je l’ai transmis à ma fille qui avait 10 ans et devais choisir et réciter un poème à l’école. La stupéfaction de la classe fût totale, tant il était différent du choix des autres enfants de son âge. Ma fille a 18 ans aujourd’hui. Elle se souvient toujours par coeur du texte… comme son père !

  16. cousin

    dit :

    Personne ne parle du rythme, chantant, dansant et c’est grâce à ce rythme qu’un enfant de 8 ans peut retenir ce poème. A cet âge, s’il l’apprend par coeur, il le retiendra toute sa vie, même la deuxième strophe. Et il enrichira sa langue de vieilles tournures et de mots anciens qui ne cesseront de le réjouir plus tard. Exemple « par les ombres myrteux… » dont je me délecte à chaque fois que je les retrouve. Evidemment « l’analyse lexicale » tue le poème.

  17. Michel 2

    dit :

    Pour Jackadit : Traduire Ronsard en français moderne ? On peut traduire Montaigne ou Rabelais pour les rendre accessibles au lecteur contemporain, c’est possible et même souhaitable car la littérature ne doit pas rester la chasse gardée des spécialistes ; mais hélas, la poésie ne résiste pas à ce (mauvais) traitement car elle consiste fondamentalement en un jeu sur les mots et sur la tradition littéraire ! Allez traduire un jeu de mot dans une autre langue… Ainsi, ce qui peut paraître comme une paraphrase anodine peut égarer le lecteur au lieu de le servir.
    Exemple : au vers 10 Ronsard n’invite pas à aller faire une petite sieste dans le Midi à l’ombre d’un myrte, il s’agit en réalité d’une référence savante à la descente aux Enfers d’Enée chez Virgile (Enéide VI, 442-4) : « Voici ceux qu’un dur amour a rongés de son venin cruel ; des chemins secrets les cachent et tout autour une forêt de myrtes les couvre d’ombre ; même dans la mort, leurs soucis ne les quittent pas. » Le myrte est en effet l’arbre de Vénus/Aphrodite dans la mythologie. Même au paradis, les amants sont encore malheureux !
    Cela ne veut pas dire qu’il soit interdit de chercher à « comprendre » la poésie, bien au contraire, car elle n’est pas qu’un simple jeu musical sur la forme des mots, mais aussi un jeu sur les sentiments et les idées qu’ils véhiculent. La recherche n’est pas facile, la poésie est une genre exigeant, mais offert à tous et qui procure de grandes satisfactions.

  18. Vincent WIT

    dit :

    Ronsard montre que nos vieux ont tout dit avant nous! Quelle richesse abandonnée! Ronsard, le meilleur, le plus célèbre.

  19. floustic

    dit :

    Est-ce que quelqu’un pourrait m’aider? On m’a demandé de faire le lien entre le poète et le poème. Je bloque, svp.

  20. Daly

    dit :

    Il ne c passe pas une journée sans ke je n lis cet extrait. J suis persuadé k Ronsard restera l meilleur! C Kim plait l plus c ke c thème est atemporel.

  21. Arf

    dit :

    Certain parle de l’arrogance de Ronsard, mais est-il vraiment arrogant, c’est un peu comme Leonard de Vinci; Ronsard est un génie et il le sait, il sait qu’il s’adresse aux siècles futur, à la postérité. Et puis à quoi bon faire le faux humble quand on a un talent comme celui de Ronsard.

  22. Vincent Nindagiye

    dit :

    Y aurait-il aujourd’hui un poète qui égale Ronsard?

  23. Barita

    dit :

    C’est un des poemes dont je dois relire de temps en temps, parce que j’en suis folle. C’est incroyable comment cela se fait qu’il y a des siecles qui ont passé et Ronsard n’a pas vieilli et toujours nous frappe. J’aime la Renaissance en général.

  24. ahmed zendaoui

    dit :

    Le traitement ronsadien du thème de carpe dièm et la valorisation de sa propre poésie qui le sauve de l’ oubli.

  25. Bonjour les poèmes

    dit :

    J’adore ce poème, il est vraiment magnifique.

  26. amine

    dit :

    C’est magnifique !

  27. Michel

    dit :

    Je trouve étonnant que tous s’émerveillent devant ce poème, mais nul ne remarque l’arrogance suprême de Ronsard.

  28. cornelia

    dit :

    Ronsard me pousse vers la poésie meme apres des siècles ses oeuvres sont restés intactes surtout les sonnets pour Hélène. On a eu raison de le surnommer « le prince des poètes » il mérite bien ce titre.

  29. Sandra

    dit :

    Bonjour, est-ce que quelqu’un pourrait m’aider ont m’as demander de faire le lien entre le poète et le poème? Je bloque svp

  30. Jonathan Reidy

    dit :

    Je trouve ce poème d’une subtilité.. L’un des plus beau poème que j’ai eu la chance d’étudier

  31. UnNonErudit

    dit :

    Un très beau sonnet, et un des plus beaux représentants du Carpe Diem. Car, oui, il y a une déclaration amoureuse, mais c’est surtout la morale qui est de « cueillir le jour » qui en ressort. De surcroît, avoir réussi à y placer un éloge de la poésie montre le grand génie de la plume de Ronsard.
    Un chef d’oeuvre non pompeux, un poème éternel qui a su traverser les siècles et qui saura les traverser par ses thèmes universels: l’amour, la vie, la mort, la poésie, l’écriture et son rôle dans le monde, dans la vie mais aussi dans la mort.

  32. Jackadit

    dit :

    Voici ma traduction pour ceux qui veulent comprendre:
    Quand vous serez bien vieille au soir à a bougie
    assise au près du feu déroulant la laine et mettant en fil
    direz chantant mes vers en vous émerveillant
    Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle
    Lors vous n’aurez servante entendant telle nouvelle
    déjà sous le travail à demi endormis
    qui au bruit de mon est de plus en plus présent
    bénissant votre nom de complément immortel
    je serais sous la terre et fantôme sans os
    pas les ombres d’un arbuste méditerranéen je prendrais mon repos
    vous serez chez vous une vieille accroupie
    regrettant mon amour et votre fier orgueil amoureux
    vivez si vous me croyez n’attendez pas demain
    attrapez dès aujourd’hui le bonheur de l’amour de votre vie

  33. olivier fazili

    dit :

    Notre professeur de français nous a dit de chercher l’idée du poète en composant ce poème. Je viens de trouver que Pierre De Ronsard voulez dire aux femmes de profiter de leurs jeunesse car elles ne se refont pas.

  34. olivier fazili

    dit :

    Notre professeur de français nous a dit de chercher l’idée du poète en composant ce poème. Je viens de trouver que Pierre De Ronsard voulez dire aux femmes de profiter de leurs jeunesse car elle ne se refait pas.

  35. Nabil

    dit :

    « Cueille le jour », sois Carpé diem, vis ton jour comme si s’était le dernier, Ronsard persuade Hélène à travers ce poème qu’avec lui elle sera immortelle et demeurera toujours jeune,il la transporte vers le futur ridé et ennuyant puis, la replonge dans un présent beau passionnant sans quelle se rende compte elle n’a déjà plus le choie…J’ai lu ce poème il y’a de cela 10 ans, lui et « comme on voit sur la branche » seront comme Pierre De Ronsard immortels dans ma mémoire.

  36. Jacqueline Mongeot-Gillot

    dit :

    J’ai recité ce poème dans ma classe de 3ème au lycée Sevigne de Charleville, 1938 ! (j’ai 91 ans). Je ne l’ai jamais oublié, ni Mlle Brie notre prof. Le plus formidable est que je m’en souviens tres bien !

  37. L Iraqui Latefa

    dit :

    Un des plus beaux poèmes que j’ai étudié à l’université, littérature française. Toujours d’actualité, évoquant les thèmes existentiels de la vieillesse et de la mort et la décrépitude. Ces thèmes sont mis en poésie par plusieurs poètes arabes aussi
    Il reste une référence en poésie

  38. René

    dit :

    Le poème se compose de deux quatrains et de deux tercets : il s’agit d’un sonnet.

    Le schéma rimique : ABBA ABBA CDD EED

    Cette fois-ci, Pierre de Ronsard veut convaincre Hélène de Surgères qu’elle doit profiter de sa jeunesse.

    Pour cela, il l’emmène dans un futur inquiétant où la femme est vieille et seule (« quand vous serez une vieille accroupie ») alors que lui, Ronsard, est déjà mort.

    Le champ lexical de la mort se manifeste au premier tercet : « fantôme », « sans os » et avec les expressions « prendre mon repos » et « je serais sous la terre ».

    « Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! » :
    – Dans cet avenir, il l’accable de regrets temps passé, quand elle était jeune et que Ronsard était encore en vie (emploi de l’imparfait : « célébrait » et « étais »).
    – Désespoir et nostalgie de la femme aimée exprimés notamment par la forme exclamative du vers.

    Pierre de Ronsard fait de ce poème un moyen de persuasion de sa destinataire. Il veut la persuader de profiter du temps présent et de sa jeunesse. Il l’invite à céder à ses avances par un discours qui cherche à la choquer par l’image de ce que sera sa vie plus tard, si elle résiste au poète : solitude, vieillesse et laideur, regrets, désespoir et mort.

    Il emploie les mêmes formulations que dans le poème « Ode à Cassandre », telles que : « si vous ne croyez » / « si m’en croyez »

  39. LAUREINE

    dit :

    Souvent j’entends réciter les premiers vers de ce magnifique poème, mais jamais la 2ème strophe.

    Est-ce que quelqu’un aurait la gentillesse de m’expliquer le ou les sujet(s) des participes présents ????

    J’adore ce peoème

  40. Fruteau

    dit :

    C’est un poème qu’on a donné à un enfant de 8 ans qui est au CE2. Il a du mal à apprendre. Je trouve que c’est trop dur pour le primaire….

  41. Mesrêveslittéraires

    dit :

    J’adore ce sonnet. Nous l’avons étudié à la fin de l’année dernière, et maintenant je le connais par coeur. J’aime bien le réciter, lorsque que je vais en cours, ça me rappelle pas mal de bons souvenirs…

  42. christophefischesser

    dit :

    je vieilli mais il est vrai que mes anciennes maîtresses ne sont plus a mon gout.

  43. POLY

    dit :

    Je me souviens l’avoir appris et déclamé sur l’estrade du lycée, j’avais alors 15-16 ans; je m’appelle Hélène et j’y avais mis tout mon coeur, toutes mes tripes. J’avais été applaudie à l’époque par ma classe. Et près d’une trentaine d’années plus tard, les vers résonnent encore. Pierre, tu avais raison, il y a déjà plus de 400 ans déjà… me voici à la quarantaine dépassée, et ma beauté s’est flétrie. Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie ! Carpe diem, seize the day ! Profitez…

  44. Dieudonné

    dit :

    Un poème que j’ai appris par cœur il y a déjà près de 36 ans aujourd’hui, alors que j’étais en secondaire.C’est avec beaucoup de nostalgie que je le relie encore. Ronsard était vraiment un grand.

  45. dancing93

    dit :

    C’est un merveilleux poème toujours d’actualité, RONSARD est un contemporain pour encore bien des générations à venir.

  46. Lilly

    dit :

    expliquation pour florian:
    c’est simple:
    tu doit marqué que Ronsard explique a ns aujourd’hui que ns devons profiter de la vie
    et pour le résumé bas je sais pas …

  47. Lilly

    dit :

    je suis en train de l’apprendre
    elle est pas si difficile que ca!
    j’espere avoir la meilleure note de la classe!
    donc 20/20

  48. anonymus

    dit :

    Ombres myrteux veut dire :  » dans les enfers, lieu ou l’on accueille les couples amoureux ».

  49. florian

    dit :

    ce poème est très vieux, puije avoir de détails svp, j’en est besoin pour mon français: -j’aurais besoin dune explication de ce poème et d’un résumé svp!

  50. le nouveau

    dit :

    ce poème est assez vieux car il a 426 ans et je dois le rédiger pour ma prof de français

  51. val

    dit :

    j’ai appris cette poésie il y a plus de 20 ans et je la connait presque par coeur (la moitiée) et chaque jour depuis je peu la réciter … ça ma marqué !

  52. Emy

    dit :

    Devoir de 1ère S: Explication de texte détaillée.
    Quel rôle joue le poète envers la femme aimée ?

    Analyse de procédés: relevé de champs lexicaux, metaphores, registres…

    Malgré tout un texte sympa à étudier. (:

  53. michel

    dit :

    bonjour je suis train de l’apprendre en cours et mon prof pose une question. et je voudrais savoir que veut dire myrteux

  54. Amoroso

    dit :

    Voilà plus de cinquante ans maintenant que j’ai appris ce poeme de Ronsard et il n’a pas perdu une seule ride!

  55. afrhhg

    dit :

    bonjour,
    j’ai 10 ans et j l’etudie, elle est façile et belle mais vraiment fadoche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *