Après la bataille

Victor Hugo

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait:  » A boire! à boire par pitié !  »
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé.  »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba!  »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

Victor Hugo

64 commentaires sur “Après la bataille”

  1. Roland Scialom

    dit :

    J’ai découvert ce poême grâce à mon père qui aimait Victor Hugo et avait parmi ses quelques livres un recueil de poêmes du grand poête. Ce poême me rappelle mon père, au sujet de qui j’aurais écrit un poême pareil à celui de Hugo. Les batailles que mon père a traversées sont d’un autre genre. Il n’a jamais été forcé de tirer sur qui que ce soit, mais il a rempli son devoir de père de famille, admirablement et ne s’est jamais abstenu de porter secours à ceux qui en avaient besoin.

  2. DANON H.

    dit :

    j’ai appris et dis ce poème au cours élémentaire 2ème année (CE2). Et il est resté gravé dans ma mémoire jusqu’à ce jour. C’est avec beaucoup d’émotion que je le redécouvre dans d’autres circonstances.

  3. Alex

    dit :

    Je dois écrire une Anthologie et j’ai choisis le thème de la guerre mais je ne sais pas si ce poème rentre plus dans la guerre ou la fraternité. C’est beau comme poème mais je l’interpreterais pas seulement dans 1 seul sens mais deux car il y a cette signification que nous à décrit LEON Jean-Miche, le fait je cite « Ce rhum devait être imbuvable, mais le héros de père au sourire si doux voulait absolument s’en débarrasser: « donne-lui tout de même à boire » ! » Et il y a le deuxième sens étant le fait qu’il veuille l’aider mais j’opterais pour la deuxième option puisque je pense qu’ils ne savaient pas les leçons de secourisme à l’époque. Mais si s’aurait été de l’eau à la place et bien je trouve ce geste courageux de sa part.

  4. MARCEL V. GAUTHIER

    dit :

    En 1951, pour le concours provincial français, j’ai partagé ce poème. Aux juges devant moi. A ma surprise, et grande fierté, les 5 juges, quand j’ai fini mon récit, se lèvent debout en applaudissant. Il faut dire que j’avais mi un sérieux effort à vivre le sens de ce très beau poème… surtout qu’aucun applaudissement avait été offert à aucun autre participant. J’en m’y sentait inconfortable, mais fier de le partager de temps à autre avec ma famille ou amis.

  5. Llorca

    dit :

    Je dois l’apprendre pour mon cours de français. Les phrases ne sont pas super faciles à apprendre, mais cela n’empeche pas que ce texte soit un très bon poème.

  6. Ines

    dit :

    J’adore cette poesie…

  7. Clémence

    dit :

    J’adore!! Quelle générosité de la part de son « père » !! Incroyable, mais vrai! Non? Moi, je pense que je réciterai sûrement celle-là, a ma classe! J’en suis capable! J’ai déjà appris « Melancholia » de Victor Hugo! (je suis en CM2…)

  8. MAHMOUD

    dit :

    Ce poème, quand il l’a fait ?

  9. LEON Jean-Michel

    dit :

    En tant que moniteur de secourisme,je rappelle qu’il ne faut pas donner d’alcool à un blessé.Ce dernier avait soif et il aurait préféré qu’on lui donne de l’eau. Il a été surpris d’ingurgiter du rhum qui devait être chaud puisqu’il était dans une gourde qui pendait à la selle contre le dos du cheval. Et le blessé a dû penser que c’était une potion pour l’achever ou lui faire boire de l’alcool contraire à sa religion. Heureusement il n’a pas été précis dans son tir et même le cheval n’a rien eu. Ce rhum devait être imbuvable, mais le héros de père au sourire si doux voulait absolument s’en débarrasser: « donne-lui tout de même à boire » !

  10. JOJO

    dit :

    Franchement chapeau pour avoir ecrit un si beau poeme!

  11. Pauline

    dit :

    Bonjour j ai 9 ans je suis en CM1 et je commence à apprendre ce poème. C’est un beau poème car il lui dit « donne lui quand même à boire » après la guerre et le coup de pistolet.

  12. BLONDEAU Jeanne

    dit :

    Je viens de le trouver ce poème, celui de mes 9 ans en CM1 et aujourd’hui, j’en ai plus de 60 et suis retraitée depuis 6mois. Quel bonheur à l’évocation d’un tel chef-d’oeuvre! Mes chers jeunes, vous ne savez pas ce que vous avez perdu: l’amour filial, les tendres souvenirs dans une belle fratrie (Aux Feuillantines), l’art d’être père ou grand-père (Elle avait pris ce pli.), l’amour parental voire éternel (Demain dès l’aube). Collègues du primaire et du secondaire, remettez-vous à l’ouvrage. Courage!

  13. BARUTEL

    dit :

    André 23.12.2015
    A mon père ce héros – ce sont les premiers mots du livre « un Village courageux » que j’ai dédié à mon père dont l’action fut héroïque et qui relate un épisode (basé sur des faits réels) de la 2° guerre mondiale dans un village de la Haute Ariège – je suis l’un des acteurs de cette aventure.

  14. Dick van Essen

    dit :

    J’ai appris ce poème par coeur en 1960 pour mon examen final de l’école supérieure. Je peux encore le réciter grâce à mon professeur de français, monsieur Van Damme, un homme petit mais très dur !

  15. marie

    dit :

    Mon père, ce héros au sourire si doux… Hommage à mon papa décédé que j’aime tant et qui adorait Victor Hugo. Je t’aime papa, Marie.

  16. abderrahmanetony

    dit :

    Ce poème que j’avais appris par coeur il y a plus de six décennies où j’avais à cette époque un professeur de français du nom de « Maestracci »m’a valu un 20/20 car il fallait mettre le ton et la manière – J’étais à ce moment-là en Algérie à Bône exactement aux collèges modernes du Champ-de-Mars. Mon dieu quel souvenir !!!!

  17. Lotodingao béré célestin

    dit :

    Mon oncle a récité ce texte au certificat d’études primaires, quand j’étais moi-même au CM2, et je l’ai récité plus tard. C’était il y a plus de 40 ans.
    Aujourd’hui, j’en lis toujours les vers, avec le même enthousiasme, le même profond respect. Chapeau, l’artiste!

  18. Lamourette Jean-Claude

    dit :

    à l’attention de Livoye Jacques…
    Le chansonnier qui bafouillait, dans les années 1950, était peut-être bien Pierre REP. ! Mais je ne me souviens pas l’avoir entendu déclamer ce poème …
    En revanche, à cette même période, j’ėtais en seconde, et la grande mode, entre potaches, ėtait d’apprendre ce type de littérature en argot, que ce soit du La Fontaine ou du père TOTOR…Et pour « Après la bataille », ça donnait : Après la torchée
    Mon dabe, un marlou qui s’marrait comme personne,
    Filoché par un gonze qui biglait à la gomme,
    Un frangibe à la r’dresse, costaud sur ses panards,
    Arpentait sur une carne, par un soir de bagarre,
    Un’ cambrousse de macchabs où s’qu’y avait d’l’hécatombe.
    Etc, etc.
    Cette version présente l’avantage de couper le sifflet aux pitoyables réflexions sur les maures, le racisme, le colonialisme… Et ça se termine par :
    « Rince-lui tout d’même le colbac, dit mon père ».

  19. BEAUFILS Robert

    dit :

    De son vivant ma mère le récitait en partie « donne-lui quand même à boire, dit mon père », etc… Grâce à internet j’ai pu retrouver tout cela !

  20. simone

    dit :

    Comme farikou j’ai eu le plaisir de retrouver ce sublime poeme rabache dans notre enfance et perdu en partie (82ans) qu’elle musique de mots et si d’actualite en ce monde de ferocite gratuit merci

  21. Frank

    dit :

    Il est hyper beau ce poeme j’en ai larme a l’oeil bravo Victor hugo

  22. Yoni

    dit :

    Je suis en train de l’apprendre… juste de le lire ça me donne des frissons !!!!

  23. Yoni

    dit :

    Magnifique, il a osé écrire un tel poème sur son père. J’adore ce poème.

  24. falikou

    dit :

    Me souvenant soudainement moi aussi de ce poème,j’ai été saisi d’une envie irrésistible de le relire.Un poème qu’au CM2 j’ai maintes fois récité et illustré le texte dans mon cahier dit de récitations.Et c’est avec beaucoup d’émotion et de bonheur que je l’ai trouvé sur ce site. A mon avis il est l’un des plus beaux de Victor Hugo.D’où transparaissent le courage, la générosité, l’humanisme et l’esprit de tolérance de son héros de père.Lequel a su transmettre à son illustre rejeton un si bel héritage.Car en plus d’être un poète de génie,V H était un homme d’une grande sensibilité et d’une extrême gentillesse qui exigea que toute sa fortune soit distibuée aux pauvres.Ce n’est sûrement pas pour rien que ses obsèques furent grandioses.Elles ont été célébrées par plus de 2 millions de Français.

  25. debunne jean

    dit :

    Mon beau père 94 ans me récite encore ce poème incroyable !

  26. goram

    dit :

    cet après midi, ce poème que j’ai tant récité quand j’étais en fin d’étude primaire, m’est venu à l’esprit et je l’ai chercher sur le net: quelle ne fut pas ma joie en le retrouvant et que je ne lâcherai plus. je dis bonsoir à tous et toutes.

  27. Tagadatsointsoin

    dit :

    Il faut être débile pour voir du racisme dans ce merveilleux poeme … Replacez vous dans le contexte l’époque .. Le terme Maure ou indigène était couramment utilisé . Il ne s’agit pas de stigmatiser .. Tiens c’est un mot à la mode .. Ne pas stigmatiser surtout et ne pas faire d’amalgame nest ce pas Naila ?

  28. MAKELINA MERISIER

    dit :

    Victor Hugo né le 26 fevrier 1802 a besançon et mort le 22 Mai 1885 à Paris, est un ecrivain français , dramaturge, il est considéré comme l’un des plus important écrivain romantique de langue française. Sa vie et son œuvre ont fait de lui un personnage emblématique que la troisième république à honoré à sa mort le 22 Mai 1885 par des funérailites nationales qui ont accompagné le transfert de sa dépouilles au panthéon le 31 Mai 1885.

  29. MAKELINA MERISIER

    dit :

    Victor Hugo etait un excellent poete il est consideré comme etant l’un des plus important ecrivain romantique de langue française. Sa vie et son oeuvre ont fait de lui un personnage emblematique que la troisieme republique à honoré a sa mort le 22 Mai 1885 par des funeralites nationales qui ont accompagné le transfert de sa depouilles au panthéon le 31 Mai 1885.

  30. Juan Pedro Alonso

    dit :

    Le père de Hugo était appellé « le pacificateur » terme qui prends un sens bien précis dans toutes les armées d’occupation. La guerre de « Independencia » d’Espagne à été d’une grande sauvagerie de deux côtés. Et le père de Hugo a bien y contribuée. Cela, bien sûr, n’enlève rien à ce trés beau poème. Mais peut-être doit nous faire réféchir sur les drames actuels. Le barbare n’existe pas, mais, malheureusement, seulement des hommes, qui comme le père de Hugo ont des fils pour les défendre et des mères pour les pleurer, quoi qu’ils aient fait…

  31. Ali

    dit :

    Dans l’armée espagnol il y avait des maures et bien d’autres étrangers comme dans toutes les armées. Victor était un politique, conservateur et monarchiste et bonapartiste.

  32. Billybilfu

    dit :

    Victor Hugo, en parlant de la relation père fils, de façon poignante, dénonçait « l’aventure mexicaine » de Napoléon 3.
    Le père Hugo était un grand.

  33. latif

    dit :

    Un seul mot le « Pardon », d’après mon professeur de Français d’un lycée d’Alger durant les années soixante dix du siècle passé, lorsque nous avons étudié l’oeuvre de Victor Hugo « La légende des siècles » . Je n’ai pas oublié ce cours depuis quarante ans et je pense ne jamais l’oublier.

  34. Izza

    dit :

    Victor Hugo avait bercé notre enfance à nos autres les indigènes aux ancêtres gaulois ou tout simplement les maures…Mais de là à ce qu’un maure crie comme un mexicain « caramba », il y a de quoi se marrer. Pourquoi notre célèbre romancier-poète des « misérables » n’avait jamais condamné ou critiqué le sinistre colonialisme ?

  35. Jean-Marie

    dit :

    Un housard est un cavalier léger de l’armée française. Aujourd’hui on dirait un hussard. C’est un corps qui existe toujours dans l’armée, ils ont juste remplacé les chevaux par des chars. 🙂 Le « maure » est là pour renforcer l’aspect dramatique, l’Espagne avait été Maure pendant plusieurs siècle avant d’être « libérée » par Isabelle la Catholique. Rien à voir avec le racisme.

  36. San

    dit :

    Hugo a utilisé « Maure », parce qu’il cherchait un rime pour « encore » de la ligne suivante.

  37. el

    dit :

    quel est l’engagement de ce poeme?? svp merci d’avance

  38. MIDO2B92

    dit :

    « TheAltei a dit :
    10 jan 14 à 10:21
    Je tiens à dire que les Houssard étaient des soldats de l’armée française sous Napoléon de 1 et de deux dire que c’est du racisme de dire “maure” n’avance à rien , et en plus d’être d’une étroitesse d’esprit en le disant ,ça montre aussi une certaine ignorance au niveau des termes utilisés aux travers des âges … parce que maure c’est pas Victor Hugo qui l’a utilisé en premier ce terme et en plus quand on l’utilisait à l’époque c’était pas de manière péjorative ».

    Entièrement d’accord depuis quand est ce du racisme de citer un nom de population même s’il est précédé des termes « une espèce de « qui en tenant compte du vocabulaire de l’époque exprimerait plutôt une incertitude quant aux origines de cet homme qu’une discrimination envers une population ou une race. A mon sens cela signifie simplement dans ce contexte de guerre qu’il s’agit d’un ennemi. Ce peu de précision  » une espèce de » ne confirme -t-il pas plutôt que pour Victor Hugo il s’agit avant tout de secourir « un homme » et « un homme blesse » qui souffre fut il différent….. ou même ennemi….
    et cela n’est il pas l’essentiel ?ne voyons pas du racisme partout c’est de façon la qu’on l’attise et qu’on le propage…..

  39. TheAltei

    dit :

    Je tiens à dire que les Houssard étaient des soldats de l’armée française sous Napoléon de 1 et de deux dire que c’est du racisme de dire « maure » n’avance à rien , et en plus d’être d’une étroitesse d’esprit en le disant ,ça montre aussi une certaine ignorance au niveau des termes utilisés aux travers des âges … parce que maure c’est pas Victor Hugo qui l’a utilisé en premier ce terme et en plus quand on l’utilisait à l’époque c’était pas de manière péjorative.

  40. momo

    dit :

    pouvez vous me dire a quell date a ete ecrit ce poeme c tres important

  41. Shlomo

    dit :

    Il-y-a 70 ans que j’ai etudie ce poeme (Ecole Alliance Francaise a Haifa, Israel), et je me rappelle avec vividite que: 1. La 2eme ligne commence « Accompanie d’un seul… » 2. La 9eme ligne commence « Ralant, livide, brise et mort… »

  42. E

    dit :

    Un bon poème que j’ai récité en 6 ème année primaire en 1997 !

  43. smileHDA2013

    dit :

    Bonjour, je fais des recherches sur ce poème afin de le présenter comme sujet lors d’un oral d’histoire des arts. Connaissez vous le thème de ce poème ? Le choix doit se faire dans la liste suivante :
    – Arts, créations, cultures
    – Arts, espace, temps
    – Arts, etats et pouvoirs
    – Arts, techniques et expressions.
    Merci d’avance de votre aide !

  44. Dominique

    dit :

    Le général Hugo, père de Victor Hugo, était un général républicain, droit et honnête, mis au rancard par Napoléon à qui il avait fait de l’ombre. Il était né en Haïti, fils d’une esclave noire et d’un aristocrate, colon français. Devenu général il avait adopté le nom (Hugo) de sa mère, et renoncé à la particule de son père.

  45. Livoye Jacques

    dit :

    Mon père connaissait une version de ce poème revu par un chansonnier des années 50 qui le déclamait en bafouillant. Quelqu’un peut-il m’aider à retrouver celui-ci? merci

  46. Mohamed-Ali

    dit :

    Ce poème est magnifique je le prends pour mon anthologie sur que je vais avoir 20/20. Naila ne t’énerve pas ce n’est pas raciste « maure » admirer plutôt la beauté du poème au lieu de vous disputez. Merci Victor Hugo de nous avoir laissé un poème comme celui ci qui me fait pratiquement pleurer a l’âge de 12 ans.

  47. Jean-Pierre Thiriet

    dit :

    Naila (c’est un nom? un prénom? …pas tellement franchouillard). A croire que Jeanne, Marie, Isabelle etc et autres ….c’est mal vu. Raciste?
    Et l’orthographe, c’est comment? Une espèce de maure…et alors…faut dire comment?

  48. Fiwel

    dit :

    d’apres certaine de mes recherches je sais que le poème a ete ecrit dans la periode de 1830

  49. thomas

    dit :

    housard est un ancien soldat de l’armée Espagnole en déroute, et ce poème date du 19ieme siècle

  50. duncan

    dit :

    de quand date ce poeme ?
    merci d’avance
    sinon c’est un tres beau poeme

  51. Ihaveaquestion

    dit :

    C’est un magnifique poème ! Je vais l’utiliser pour mon anthologie. Que veux dire « housard »?

  52. Blandine

    dit :

    Ce poème reste, avec « le dormeur du val » de Rimbaud, un classique que j’apprécie tout particulièrement mais je suis cependant d’accord avec Lisa, ce poème rapporte plus de la tolérance que peuvent avoir certains hommes que de la guerre à proprement parler.
    Je possédais cependant il y a quelques années un recueil de divers poèmes sur le thème de la guerre que j’avais eu à étudier, et ce poème était bien présent dans ce recueil.

  53. naila

    dit :

    j’avais une admiration telle pour V Hugo. mais je viens de dechanter. la precision « l’homme une espèce de maure »!!!!!!me ramène à la verité :le racisme ne date pas d’aujourd’hui.

  54. michel

    dit :

    dés la première phrase c triste

  55. Marcus

    dit :

    Par ce poème, Victor Hugo raconte une des mémoires de son père, un général de l’armée française. Il le raconte à la première personne, tel un récit dont il est le narrateur et son père l’auteur. Par ce fait, il met en valeur la vie de « héro » de son père.

  56. Lisa

    dit :

    Ce poème est plus un poème humaniste, optimiste envers la nature humaine, qu’un poème en rapport avec la guerre, il n’a pas sa place dans la section guerre et encore moins dans la section chaos.

  57. Sophie

    dit :

    quelle est la date de publication de l’oeuvre s’il vous plait, c’est tres important 🙂 Merci d’avance !!

  58. sebastien

    dit :

    Merci. Je l’utilise pour mon devoir de francais 😛

  59. océane

    dit :

    je l’ai pris pour mon devoir en francais, je suis sur j’aurais une bonne note

  60. Jean Belda

    dit :

    Ce poeme est pour moi très émouvant vu que c´est mon Père qui me l´appris. Il est mort j´avais 11 ans et tres souvent je l´ai déclamé, toujours en souvenir de mon Père ce Héro qui f ìt la guerre d´Espagne ( la civile) et après ici en France oû je suis né ,la Résistance contre les nazis te les collabos.

  61. Ouais

    dit :

    C’est un très beau poème

  62. Ouais

    dit :

    Oasis: c’est du 19eme siecle 😉

  63. Mootjeuh

    dit :

    Oasis: Victor Hugo est né en 1802 et est mort en 1885, donc il n’y a qu’un seul siècle possible 😉

  64. Oasis

    dit :

    Pouvez-vous me dire de quel siècle date ce poème SVP ?
    C’est pour un devoir d’anthologie. Merci (:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *