Clotilde

Guillaume Apollinaire

L’anémone et l’ancolie
Ont poussé dans le jardin
Où dort la mélancolie
Entre l’amour et le dédain

Il y vient aussi nos ombres
Que la nuit dissipera
Le soleil qui les rend sombres
Avec elles disparaîtra

Les déités des eaux vives
Laissent couler leurs cheveux
Passe il faut que tu poursuives
Cette belle ombre que tu veux

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Clotilde”

  1. Banane

    dit :

    Poème satisfaisant !

  2. Michel

    dit :

    Ce poème est une pure merveille. L’âme Clotilde repose en paix, mais aussi avec les pommes de terre qui ressorte en meme temps que son coeur. Ses fleurs aiment le soleil comme le soleil les aime.

  3. angele

    dit :

    Poème très simple de vue mais riche au fond… Je l’adore.

  4. Emile

    dit :

    Je te salue ô doux Guillaume
    Je suis sujet de ton royaume
    De musique extraordinaire
    Ô merveilleux Apollinaire

  5. Marie

    dit :

    J’aime la musicalité et la simplicité de ce petit poème, la rime encolie/mélancolie (on ne peut pas faire plus riche!) et le parfum mélancolique de l’ensemble…

  6. Landon Nett

    dit :

    J’aime Clotilde.

  7. cloclo

    dit :

    En plus c’est mon prénom je suis trop contente !!

  8. peresngoko

    dit :

    meilleur que le cid

  9. Jean-Paul Blanc

    dit :

    french touch …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *