Ospitalità

Félix Arvers

Dans des vers immortels que vous savez sans doute,
Dante acceptant d’un prince et le toit et l’appui,
Des chagrins de l’exil abreuvé goutte à goutte,
Nous a montré son coeur tout plein d’un sombre ennui ;
Et combien est amer, pour celui qui le goûte,
Le pain de l’étranger, et tout ce qu’il en coûte
De monter et descendre à l’escalier d’autrui…
Moi, qui ne le vaux pas, j’ai trouvé mieux que lui.
Ici, malgré ces vers de funèbre présage,
J’ai trouvé le pain bon, et meilleur le visage,
Et l’opulent bien-être et les plaisirs permis.
C’est que Dante, égaré dans des sphères trop hautes,
Avait un protecteur, et que moi j’ai des hôtes ;
C’est qu’il avait un maître et que j’ai des amis.

Félix Arvers, Mes heures perdues, 1833

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Ospitalità”

  1. Paul Pelletier

    dit :

    L’hospitalité est bien différente chez un maitre et chez des amis. Belle composition. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.