Contemplation

Esther Granek

Attendrissant, ce blond,
lumineuse auréole
de mèches douces et folles
te caressant le front.

Si émouvant, ce bleu
où baigne ton regard.
Ne te ferai d’aveu.
Car me taire est ma part.

Et troublant, cet ourlet
au contour de tes lèvres
où mon regard en fièvre
s’attarde, triste et muet.

Meurtrissants, tes silences.
Sortes d’affreux départs
où je n’ai nulle part
ni aucune présence.

Et torturant, ton rire.
Tu me blesses en ta joie.
Encor je reste coi,
ne sachant que te dire.

Combien narguant, ce châle
entourant tes épaules !…
Je lui envie son rôle
et n’en ai que plus mal.

Mais apaisant, ce gris
où tu aimes t’asseoir
à l’approche du soir.
Chien fidèle, je t’y suis.

N’est-il plaisant mon lot ?
Ta vue m’est un cadeau
dont je me sens empli.
Mon bonheur n’a de prix.

Attendrissant, ce blond…
Lumineuse auréole…

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Contemplation”

  1. Lucie

    dit :

    Esther Granek raconte qu’en fait, elle est amoureuse de son ami, mais lui l’ignore. Et malgré tout ça, elle veut juste le voir heureux, le voir tout simplement.

  2. Maé

    dit :

    Magnifique j’adore même si en général je n’accroche pas trop les poèmes trop longs.

  3. Silène

    dit :

    C’est magnifique et doux je kiffe afon !!!!

  4. goutchi

    dit :

    c’est formidable =’)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *