Dans le vent

Esther Granek

De le nier, on aurait tort.
De l’ignorer, pareillement.
Tant il est vrai qu’en plein essor,
et de nos jours, superbement,
le cul est roi. Et dans le vent.

C’est vérité fondamentale.
Pour l’ériger en idéal,
au bond il faut saisir la balle.
Tout malin y sera gagnant.
Le cul est roi. Et dans le vent.

Soudainement c’est frénésie.
Deviser cul crée bons profits !
Déjà maints champs sont investis.
Et tous les styles y sont présents.
Le cul est roi. Et dans le vent.

Pour se laver de tout vulgaire
et pour ne point nuire aux affaires
et pour en user librement,
aux mots latins on se réfère.
Le cul est roi. Et dans le vent.

Ecrivains et écrivassiers
qui tant de pages noircissez,
et dans la douleur enfantez,
dissertez cul, abondamment.
Le cul est roi. Et dans le vent.

Du cul, ne soyez point avares
Indispensable au rendement,
vous y gagnerez belles parts.
Et grand succès. Conséquemment.
Le cul est roi. Et dans le vent.

Quant à l’écran et à l’image,
envahissant, il y fait rage.
Mal acceptées, les oeuvres sans.
Que d’obstructions et de barrages !
Le cul est roi ! Et dans le vent !

Esther Granek, Synthèses, 2009

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Dans le vent”

  1. Chloé

    dit :

    Mais, conseil d’ami, ne restez pas trop longtemps le cul à l’air, vous risquez d’attrapez froid…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *