La Lettre

Esther Granek

Et mon temps devient fête
Et j’attends… et je guette…

Et entre deux facteurs
Je ronronne en mon coeur
Ecris-moi… ou je crève…

Et mon temps devient lent
Chaque jour est un an…

Et entre deux questions
Je m’instille un poison
Ecris-moi. Ou je crève…

Et mon temps devient laid
Triste, lourd et inquiet…

Et en dedans de moi
Je gueule à pleine voix
Ecris-moi ! ou je crève !

Et mon temps devient gris
Et je m’y perds d’ennui…

Et entre deux sanglots
Je supplie sans un mot
Ecris-moi…! ou je crève

Et mon temps devient fiel
S’y meurtrit mon appel

Et d’espoir en dépit
Bouche cousue je dis
Ecris-moi… (ou je crève…)

Et mon temps devient sec
Je ne suis qu’ongles, bec…

Et mon temps devient fou
Comme un rêve debout…

Et mon temps devient… rien
Et mon temps devient leurre…
Et entre deux facteurs…

Ecris-moi ou je crève…
Ecris-moi ou je crève…
Ecris-moi ou je crève…!

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “La Lettre”

  1. Yas

    dit :

    Je suis en pleurs, ton poème est si beau.

  2. asmae

    dit :

    j ai adoré :’)

  3. Annick Tirache

    dit :

    très beau poème
    seul celui qui a connu cette attente
    peut le ressentir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *