Explosions

Winston Perez

Silence
On n’entend pas le vent, on n’entend pas la pluie.
Le cours du fleuve avance au ralentit.
Il n’y aucun souffle, aucune vie.
Silence.
Huis clos dans l’atmosphère…
Nuages blancs,

Vertige.

Silence.

Soudain un point fixe à l’horizon

Silence.

Le vide.

Puis,

Explosions.

Winston Perez, 2008

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Explosions”

  1. rachel

    dit :

    Mais vous savez pas faire des phrases simple ou quoi? ( à part pour dire que vous aimez ce poème) vous pouvez pas dire simplement si vous aimez ce poème ou pas et pourquoi?
    ex: j’aime ce poème parce qu’il est sans fioriture et exprime quelque chose de fort. VOILA!!!

  2. Nutella

    dit :

    Wahou c’est beau quand même !!!

  3. Valérie Rivette

    dit :

    Quelle profondeur dans cette véritable explosion d’angoisse ! J’aime ce choix de mots essentiels qui nous laissent imaginer le vide profond d’un ailleurs tourmenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *