16 commentaires sur “J’arrive où je suis étranger”

  1. POTIN Guy

    dit :

    Pour moi il s’agit d’un magnifique auto-Requiem et d’un message d’adieu a ceux qui restent avant de passer l’ultime frontière. J’aimerais beaucoup que ce Poème soit lu à mes obsèques.

  2. Axone

    dit :

    Il s’agit d’un texte célébrant l’arrivée à la vie la naissance en ce monde puis la fragilité de la vie et sans contrôle toujours la décrépitude de soi de l’être…

  3. Cockenpot

    dit :

    Bouleversant… tristement d’actualité.

  4. I Love Benin

    dit :

    Date?

  5. PRADINES

    dit :

    Pour moi, il s’agit d’abord d’un poème sur la vieillesse. Bien sûr, il n’est pas difficile d’y voir aussi l’acceptation de l’altérité, en particulier celle de ceux qui franchissent les frontières malgré eux.

  6. Claire Jourdain–Leroi

    dit :

    Ce poème est émouvant, il me fait penser à un certain événement.
    Il est tout simplement Magnifique avec un grand « M » ☺☻

  7. KALDOR François, avocat honoraire.

    dit :

    Premiêre fois que je lis cet admirable poême qui peut être récité avec de nombreuses intensités et être mis en musique non seulement comme l’a fait Jean FERRAT mais avec d’autres sonorités aussi pasible ou graves ou tendues. Ce poême vient d’être lu à Münich par un français sur la tombe de son père musicien allemand.

  8. respaut

    dit :

    il n’y a rien à ajouter !
     » Sublimal »

  9. Joël Le Bras

    dit :

    Magnifique poème, l’un des plus beaux.

  10. Wasplinden

    dit :

    Annick, je ne crois pas que dans le poème il soit question de tolérance envers ceux qui sont différents, mais plutôt de compréhension de nous-mêmes, de la fragilité du temps qui passe 🙂

  11. Nathan Hérin

    dit :

    Magnifique… tout simplement magique.

  12. Lapeyre Jean-Marc

    dit :

    il y a, dans ce poème, construit pourtant de mots simples, une richesse qui, à chaque fois, m’éblouit et puis ces strophes
    « Rien n’est précaire comme vivre
    Rien comme être n’est passager
    …/…
    J’arrive où je suis étranger »
    Qu’y aurait-il à ajouter? Tout est dit… Sauf que peut-être que dans le cas des poètes ou des artistes « universels » leur message « universel » les rend immortels et pour les vivants que nous sommes (encore) la force de poursuivre le combat pour un peu plus d’humanité…

  13. Annick Tirache

    dit :

    Il faut apprendre ce poème
    à défaut le faire lire à nos enfants
    pour qu’ils ne rejettent pas l’étranger
    cet étranger que nous sommes tous
    quand nous ne sommes pas dans notre contexte
    il faut apprendre à nos enfants
    à aimer les autres
    à respecter ceux qui sont différents
    Encourageons ceux qui aujourd’hui
    comme nous hier
    veulent faire respecter la liberté l’égalité et la fraternité dans leur Pays

  14. Annick Tirache

    dit :

    Il faut dire ce texte comme une chanson
    les mots dans la bouche se savourent
    Aragon chez qui je redécouvre toujours
    un paysage ignoré
    pour moi c’est le plus beau requiem
    que l’on pourrait déclamer
    lors de mes funérailles

  15. Annick Tirache

    dit :

    je ne connais rien de supérieur
    sublime Aragon toujours et toujours

  16. planet230

    dit :

    un texte complexe avec plusieurs interprétations possibles.
    mais quel beau texte!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *