Notre-Dame de Paris

Gérard de Nerval

Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être
Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître ;
Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher
Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,
Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent sourde
Rongera tristement ses vieux os de rocher !

Bien des hommes, de tous les pays de la terre
Viendront, pour contempler cette ruine austère,
Rêveurs, et relisant le livre de Victor :
— Alors ils croiront voir la vieille basilique,
Toute ainsi qu’elle était, puissante et magnifique,
Se lever devant eux comme l’ombre d’un mort !

Gérard de Nerval, Odelettes (1834)

Imprimer ce poème

19 commentaires sur “Notre-Dame de Paris”

  1. Anonyme

    dit :

    Dur à apprendre

  2. Mike Mann

    dit :

    Morbide à souhait.

  3. Barbara

    dit :

    Je l’apprends en ce moment dans ma classe spécialement pour l’incendie de Notre Dame.

  4. FRANCESCO SAVORGNAN

    dit :

    Un peu trop… clairvoyant… mais il avait quand meme aperçu un morceau du futur…

  5. Tante Gertrude

    dit :

    Il est très bien ce poème, surtout pour mes petits enfants.

  6. Cloarec

    dit :

    Super poème. Félicitations!

  7. Kébabauzaure

    dit :

    Notre Dame la carcasse, c’est violent et choquant ! Je ne vois pas où est le besoin d’écrire ça ! Cette poésie est moche

  8. Sébastien

    dit :

    Je déteste cette poésie elle est trop dure et puis bête

  9. claire levet

    dit :

    Magnifique poème

  10. Eva

    dit :

    Magnifique poème que j’ai découvert pendant l’incendie du 15/04/2019. Ce poème fait désormais partie des grands écrits qui m’ont profondément touchée. Merci Gérard de Nerval. ❤️❤️

  11. Thérèse

    dit :

    Magnifique poème. Tellement prémonitoire !

  12. claude

    dit :

    Merci, très bonne idée de faire connaître sur la toile toutes ces belles poésies!

  13. François

    dit :

    O combien d’actualité en ce 16 avril 2019 ! ….

  14. Sheila Weinstein

    dit :

    Quel date pour ce poeme?

  15. Thomas Arthur Gordon

    dit :

    Toujours là, toujours là. Maintenant, je veux regarder et m’attarder et, par la force de ma propre volonté, la ramener à la vie et à son pouvoir de fournir des moments significatifs à tant de personnes.

  16. Geneviève Marceau Vacchino

    dit :

    J’écris ces quelques mots, le même jour où Notre-Dame de Paris a brûlé…J’ai pleuré un peu en voyant ça, le cœur serré. Nerval avait une sorte de voyance je pense.

  17. Hadjar

    dit :

    Le recueil Odelettes a été publiée en 1853.

  18. 55458

    dit :

    c’est quoi la date de parution du poeme

  19. cecilia

    dit :

    c’est un beau poeme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *