Relever

Isaac Lerutan

L’être de chair et d’os par lequel je répands,
En de modestes verbes, l’instinct de ma folie
Rêve, délire et gausse, puis s’invente en riant
Une vie neuve issue d’un verdoyant pays.
Tant est si bien qu’un jour,
Au secours d’un élan,
Naquis-je…

Isaac lerutan, 2006

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *