Mai

Guillaume Apollinaire

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Guillaume Apollinaire, Rhénanes, Alcools, 1913

Imprimer ce poème

15 commentaires sur “Mai”

  1. Juju Jojo

    dit :

    L’humanité, pour moi, a une caution valable de sa présence dans l’univers tant que des individus de son espèce sont capables d’exprimer, comme ici notre Guillaume, la vérité de l’existence,,

  2. SYLVIE

    dit :

    Oui, ce poème fait un peu peur, mais n’est il pas le reflet d’un chemin de vie : la gaieté de mai, l’amour, l’amour perdu, les gens qui passent, tous différents mais ils passent, la guerre, et enfin, la nudité du départ… c’est magnifique ! Je me récite ce poème depuis plus de 40 ans et je l’aime beaucoup !

  3. Morice

    dit :

    Poème très dur

  4. Paugam Martine

    dit :

    Un de mes petits élèves – sans doute autiste – avec lequel j’avais une relation privilégiée l’a appris et récité devant toute l’école lors de la fête de fin d’année… Il avait alors 4ans…

  5. Piotr Lewicki

    dit :

    Mon poème préféré, soit en français, soit en polonais.

  6. Aclr

    dit :

    Très dure mais très intéressant !!!!

  7. Jaquqe

    dit :

    Bonjour,
    L’epizeuxe au dernier vers de ce poème est manifestement une représentation ancestralolyrique du spleen que peux exprimer certains auteurs. Baudelaire, dont Apollinare s’inspire et sûrement l’instrument de la pensée de ce dernier. Par ce poème le poète démontre ainsi de manière simple et circoncise, la description non éphémère d’un mois de l’année.

  8. Noémie

    dit :

    Je l’apprends à l’école et plus je l’apprends plus c’est un plaisir. C’est génial et je fais un exposé sur Guillaume Apollinaire. Ps. j’ai 11ans.

  9. MERRIEN Kylian

    dit :

    Je dois faire un résumé sur G.APOLLINAIRE et ce poème m’aide beaucoup à comprendre ce que j’ai lu, sur son histoire et son oeuvre complète (c’est à dire sa vie en général). J’ai essayé de l’apprendre et j’ai réussi en 30 minutes à le réciter entièr (je suis en 5ème). Cet auteur est un véritable succès pour moi.

  10. Capu2905

    dit :

    Cette poésie est très belle et je l’aime beaucoup et je l’ai bien apprise .

  11. lou

    dit :

    J’ai 9 ans et je l’ai appris très facilement (je suis en cm1)

  12. Camille L.

    dit :

    Je suis seulement en 4ème. J’ai beaucoup appris des poèmes de G. Apollinaire mais ce n’est que maintenant en rédigeant un exposé sur lui, en comprenant ce qu’il a traversé, que je peux comprendre le vrai sens de ce poème. C’est beau. Ça m’a émue. J’en ai même versé quelques larmes et j’en ai encore des frissons. Je pense que G. Apollinaire mérite qu’on l’apprécie à sa juste valeur.

  13. Amandine

    dit :

    Bonjour je suis en 5e et je dois faire un devoir maison sur la versification et l’étude des poèmes et il y a une question que je n’arrive pas c’est: »à ton avis pourquoi le temps qui passe,les mois de l’année et les saisons sont-ils des sujets poétiques?Fais une hypothèse. ».Si vous pouviez me donner la réponse avant le 23 décembre 2011 ce serait super!!!
    PS:JE DOIS RENDRE CE DEVOIR AP7S LES VACANCES DE NOEL C’EST-A-DIRE LE 3 JANVIER 2012.
    S’il vous plait aidez-moiiiii!!!

  14. Jean-Paul Blanc

    dit :

    Plus je relis, et plus j’aime ! Il faut que je m’arrache de devant l’écran de mon ordi … pour y revenir bientôt !

  15. Jean-Paul Blanc

    dit :

    beauté suprème de poésie classique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *