Pour un défunt

Kamal Zerdoumi
Louis Emile Villa, Une femme avec un cochon d'Inde calicot, 1878
Louis Emile Villa, Une femme avec un cochon d’Inde calicot, 1878


Dans ma mémoire
tu vis encore
et je sens palpiter en moi
ton petit corps
J’avais creusé de mes mains
un coin de terre
où désormais tu reposes
mon éternel solitaire
mon beau rongeur
à la gueule rose
Comment privé de ta présence
éteindre mon chagrin ?
Comment ne plus entendre
tes petits cris
maintenant noyés
dans l’inexorable silence ?
Je pleure, je pleure
les cendres de mes larmes
témoignent des flammes
de la peine qui me ronge
Je dois rendre les armes
et consentir au songe
que tu es devenu

Kamal Zerdoumi, 2022

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.