Rayan

Kamal Zerdoumi
Pietro Rotari (1707-1762), Jeune femme en pleurs
Pietro Rotari (1707-1762), Jeune femme en pleurs


Seul ton petit corps
pouvait glisser par cet orifice
Le puits dieu obscur
exigeait ce sacrifice
une chute de trente-deux mètres
dans le vide
Pour que se referme sur toi
ce piège : sa solitude aride
Ton corps brisé, tes blessures
eurent l’indifférence de la terre
pour seul témoin
Là-haut l’on tentait l’impossible
pour accéder à ton tombeau
Cinq petites années parmi nous
c’est tout
Ange frêle
tu es retourné vers cette famille sans corps
qui ne connaît que l’éternelle innocence
Moi le vieillard j’ai honte d’avoir tant vécu
Ton passage ici-bas tellement éphémère
laisse au creux de mon âme
une blessure amère

Kamal Zerdoumi, 2022

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.