Un autre coeur

Louise Ackermann

Serait-ce un autre cœur que la Nature donne
A ceux qu’elle préfère et destine à vieillir,
Un cœur calme et glacé que toute ivresse étonne,
Qui ne saurait aimer et ne veut pas souffrir?

Ah ! qu’il ressemble peu, dans son repos tranquille,
A ce cœur d’autrefois qui s’agitait si fort !
Cœur enivré d’amour, impatient, mobile,
Au-devant des douleurs courant avec transport.

Il ne reste plus rien de cet ancien nous-mêmes ;
Sans pitié ni remords le Temps nous l’a soustrait.
L’astre des jours éteints, cachant ses rayons blêmes.
Dans l’ombre qui l’attend se plonge et disparaît.

A l’horizon changeant montent d’autres étoiles.
Cependant, cher Passé, quelquefois un instant
La main du Souvenir écarte tes longs voiles,
Et nous pleurons encore en te reconnaissant.

Louise Ackermann, Premières Poésies, 1871

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Un autre coeur”

  1. Jacky

    dit :

    J’espère qu’il reste tout de même quelque chose de notre ancien passé. Notre cœur ne vieillit pas comme notre corps et reste enivré.

  2. oncle Bob

    dit :

    Et je vomis encore en te reconnaissant.

  3. Louise

    dit :

    Wow!!!! C’est vraiment touchant comme poème. J’adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *