Demain

Laetitia Sioen

C’était comme un désert aride
Comme un hiver interminable
Comme un printemps d’autan
S’approchant sans prévenir
Nos utopies asséchées
Nos regards croisés
Nos plus petits espaces
À l’intérieur de nos habitacles
C’était comme un mirage
De ce que nous avions vécu
D’une pensée utopique
De ce que nous avions insufflé
De ce que nous avions dansé
De ce que nous avions bu
De ce que nous avions usé
Ivres de fêtes
D’éclats de rires
De sourires
D’embrassades
De chaleur
De rencontres charnelles
C’était comme un brouillard
À couper le souffle
En proie à lame
La mort aux trousses
C’était comme un désert arctique
Un vent glacial
Des rafales en surface
Des ombres en survie
Des regards sombres
Des cœurs glacés

C’était comme aujourd’hui
C’était comme hier
C’était comme un désert d’hiver
Comme un printemps latent
Comme un matin d’été
S’approchant sans prévenir.

Laetitia Sioen, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.