Les solitudes imprécises

Ephraïm Jouy

Sur le sombre fleuve de ton coeur
La nuit brûle sans issue
Je reste caché dans tes silences
À chercher ta voix exsangue
Et sentir à l’aube naissante
Au fond des solitudes imprécises
La morsure lascive de ton âme fugitive
Un bouquet d’ombres où rien ne luit

Ephraïm Jouy

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.