Printemps toxique

Christian Mégrelis

J’ai vécu des printemps gracieux comme des cygnes,
Où l’amour se tissait autour des magnolias.
Des printemps de Madère et des printemps à vignes
Là-bas aux terres australes où l’on nous oublia.

Les nuées se déchirent et les cieux se résignent
A laisser le soleil rougir les camélias.
Et nous qui attendions depuis longtemps ce signe
Dansions en fredonnant un air d’harmonica.

C’était les jours anciens et nous étions heureux.
Le printemps d’aujourd’hui est d’un tout autre aveu.
Souriant il arrive en ne pensant à rien.

On l’accueille, on le fête, comme il est magnifique !
Sourdement il s’agite et prépare un venin,
Et soudain il se mue en un printemps toxique !

Christian Mégrelis, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.